Webmarketing & web analytics Dans cette section dédiée au webmarketing, vous allez découvrir tous mes conseils internet, tutoriels d’outils webmarketing et analytics, des trucs et des astuces et les meilleures stratégies webmarketing pour que votre site web obtienne des résultats vraiment élevés. On va parler de site internet, de Google Analytics, d’outils d’A/B testing, de taux de conversion, d’auto-répondeurs, de sites de niche, de marketing, etc. Si vous voulez plus de prospects, plus de clients, des clients qui achètent plus et plus souvent : tout est là. Articles webmarketing et web analytics :

J’ai eu le plaisir de recevoir un coup de fil de la soeur d’un ami que je n’ai pas vue depuis 10 ans.

Et voilà ce qu’elle me demande au bout de 2 minutes : « comme tu es dans les trucs d’internet, tout ça tout ça… on voulait te demander des conseils pour savoir ce qu’on doit faire concernant nos réseaux sociaux, Facebook, Instagram, enfin, tu vois quoi. On sait pas non plus si on doit faire un site ou une chaîne Youtube… »

Elle et son conjoint sont en transitions professionnelles et créent un projet de ferme bio, lui en cuisine (il est chef) et elle qui donne des cours de yoga. Projet canon !

Du coup, je les ai aidés à clarifier les choix possibles et les critères de choix importants.

Si tu te poses la question de ta présence sur internet ou que des personnes autour de toi veulent développer cela, j’ai résumé dans cette vidéo quelques idées fortes comme point de départ de discussion.

Les 3 critères de choix pour ta stratégie digitale

Pour faire simple, il y a 3 critères principaux que tu peux regarder pour savoir quoi faire si tu es dans la même situation :

  • Définir précisément quel est ton objectif
  • Choisir la solution qui est la plus facile pour toi et qui t’apporte le plus de plaisir
  • Choisir la solution qui a le plus grand potentiel maintenant

Je t’explique ça en détails dans la vidéo.

Besoin d’un conseil webmarketing

Et si tu as envie qu’on en discute dans le cadre de ton business en ligne, réserve un session découverte et envoie-moi un message avec ta problématique actuelle. Je serai ravi de t’aider pour ton webmarketing.

https ://www.gaetandyvoire.com/coaching-webmarketing/

A très vite,
Gaétan

3 critères de choix pour ta stratégie digitale - Gaétan d'Yvoire

Produire du contenu régulier et de qualité est l’une des clés de succès pour ton site internet, ta chaîne Youtube ou ton podcast.

Voici 5 techniques (pas toujours connues) pour te faciliter la création de contenu.
Perso, mes préférées sont « La Gilbert Montagné » et « La technique du Prénom » 

  • Tu peux utiliser ces techniques pour publier régulièrement du contenu de qualité.
  • Que ce soit des articles, des vidéos, des podcasts, publier souvent du contenu te permettra de d’apprendre et progresser plus vite que tes concurrents.

Les 5 techniques anti page blanche

  1. La Technique Gilbert Montagné
    Ecris en éteignant ton écran afin de ne pas être être tenté de mettre en forme en même temps que tu crées.
  2. La Technique du Retour des Morts Vivants
    Utilises tes anciens contenus, vieux articles, vieilles notes, anciennes vidéos pour leur donner une 2e vie.
  3. La Technique de la Structure
    Ecris en suivant un plan précis avec des étapes (structure AIDA, structure MERE). C’est mille fois plus facile.
  4. La Technique du Plan de Contenu
    Définis à l’avance (semaines ou mois) tout le contenu que tu vas publier. Cela facilite la production.
  5. La Technique du Prénom
    Ecris en pensant très fort à l’un de tes proches qui serait ton avatar. Tu peux commencer par « Hello PRENOM ».

Besoin d’un conseil webmarketing

Et si tu as envie qu’on en discute dans le cadre de ton business en ligne, envoie-moi un message avec ta problématique actuelle.
Je serai ravi de t’aider pour ton webmarketing.

https ://www.gaetandyvoire.com/coaching-webmarketing/

A très vite,
Gaétan

5 techniques anti-page blanche - Gaétan d'Yvoire

Parlons business sur internet en temps de confinement.

Dans cette période de flottement, et même si j’avais anticipé un peu plus que la moyenne, j’ai eu des difficultés à trouver de la motivation et à avancer dans mon business en ligne et mes accompagnements webmarketing.

Pourtant, de plus en plus d’entrepreneurs ont besoin de mes services, mais j’étais en mode « à quoi bon, est-ce vraiment important, tout ça, tout ça… »

Et puis je me suis fait secouer le cocotier par mes amis entrepreneurs et précieux partenaires Thierry et Stéphane qui m’ont partagé sans le réaliser des conseils très très précieux.
Je te les partage dans cette vidéo.

C’est tout simple, et c’est bon de repartir sur des fondations saines et solides.

Aussi, comme tu vas le voir dans la vidéo, je me suis centré sur ma valeur ajoutée. Cette valeur qui est la mienne, j’oublie parfois ce qu’elle vaut.

On te l’a peut-être déjà dit si tu es expert dans ton domaine, c’est le moment où « Tu ne sais plus que tu sais ».

Tu as oublié à quel point ce que tu fais avec aisance vu que tu pratiques depuis des années et que c’est ton coeur de compétences (en plus d’un truc que tu kiffes), ça peut avoir de la valeur pour les autres.

Cette valeur, MA valeur que j’apporte aux autres, c’est en réécoutant les témoignages de mes super clients que je la redécouvre, que je réalise ce que je peux apporter.

Sans m’envoyer des fleurs, j’oublie parfois que ce que je peux apporter aux autres dans mon domaine à une immense valeur humaine et business.

C’est probablement aussi ton cas quelque soit ton expertise.

Si tu veux qu’on en discute, regarde cette vidéo.

C’est concis et rapide car j’ai profité d’un précieux et court moment où mes 3 enfants n’étaient pas juste à côté (en train de crier) pour enregistrer

Et si tu as envie qu’on en discute car les témoignages te parlent dans le cadre de ton business en ligne, envoie-moi un message avec ta problématique actuelle ou dis-le moi en commentaire. Je serai ravi de t’aider pour ton webmarketing.

https ://www.gaetandyvoire.com/coaching-webmarketing/

A très vite,
Gaétan

3 conseils pour développer business internet - Gaétan d'Yvoire

Ils ont participé à la formation Business Révolution (et au stage intensif à Porquerolles).
Voici leur avis sur la formation de Simon Caporossi, Grégory Grand et Franck Rocca.

Business Révolution avis

https ://youtu.be/PGKV0rdeReU

Programme de Business Révolution

Pour plus de questions, envoyez-moi un message sur la page FB.

Témoignages et avis pour la formation Business Révolution

Business Révolution : avis 01

Ce que j’ai trouvé absolument génialissime, c’est l’énorme énergie que mettent nos trois formateurs à nous inculquer ce qu’ils savent parce que c’est véritablement ça. C’est une énergie, c’est une conviction qu’ils transmettent sur des méthodes qui ont fait leurs preuves.

Je suis complètement novice en webmarketing. Et pourtant, je ne me sens pas du tout décalé parce qu’il y a beaucoup d’entraides. Du coup, ça m’aide beaucoup à concevoir mon produit et à le commercialiser sans aucune crainte.

C’est pour cela que jusqu’à présent, tout se passe merveilleusement bien et je suis ravie d’avoir ce jour-là cliqué sur « Achète cette formation maintenant ».

Business Révolution : avis 02

J’ai trouvé le stage Business Révolution génial. Là, ça fait deux jours qu’on a attaqué. Il y a une ambiance de folie, plein de rencontres, des gens qu’on ne connait pas et qui sont sur la même dynamique que vous, qui vous disent « c’est génial l’entreprenariat », qui vous encouragent, qui vous motivent, qui ont les mêmes objectifs que vous.

C’est incroyable comme ça. J’ai plein d’idée dans la tête, c’est l’explosion. Et je me dis : mais oui, vraiment une bonne motivation pour redémarrer, pour repartir encore plus fort.

Et les superbes rencontres, c’est excellent.

Business Révolution : avis 03

Business Révolution est vraiment un programme formidable. On a un contenu. Je pense que ça m’a élevé les critères des formations en ligne.

C’est un contenu incroyable qui traite à la fois l’intérieur et l’extérieur, avec trois personnes qui ont un dynamisme formidable, qui nous prennent en main de A à Z.

Et on est encadré. Ils ont mis en place un groupe Facebook très vif.

On a des équipes aussi. C’est vraiment énorme. Je suis dans une superbe équipe et j’en ai que du bien à en dire.

Business Révolution : avis 04

Une superbe formation vraiment géniale avec énormément d’enthousiasme, beaucoup de professionnalisme au niveau des trois formateurs qui savent allier une structure bien définie au niveau de la formation et quelque chose de ludique où on s’amuse en apprenant.

Ce que j’ai préféré, c’est le bon côté partage avec les autres membres, échange de connaissance.

Business Révolution : avis 05

C’est exactement ce dont j’avais besoin.

Business révolution est une formation complète à tous les niveaux, aussi bien sur le mindset que sur la VTH. J’ai appris énormément de choses même si ce sont des choses qui, a priori, je croyais savoir mais je ne savais pas les mettre en application.

Par contre, il y a un énorme module pour moi qui est Facebook, et suis en train de découvrir. C’est quelque chose qui vraiment me faisait peur. La technique internet, en gros, je panique.

Et là, le fait de le prendre pas à pas, de me retrouver avec des personnes qui sont un peu dans la même situation que moi, de s’aider, de s’entraider, de savoir qu’il y a une team sur le site Facebook, je peux trouver de l’aide, ça, c’est vraiment parfait. Je suis content de pouvoir partir dans ce sens-là, et la puissance de Facebook est extraordinaire.

Business Révolution : avis 06

Business Révolution m’a apporté des clés pour enfin avoir une perspective de l’avenir que j’envisage, c’est-à-dire de pouvoir me dire que oui, je peux contribuer à un monde meilleur, que oui, je peux diffuser tout ce que je peux diffuser déjà actuellement mais à un nombre démesuré avec des moyens efficaces professionnels, avec des personnes et des réseaux sur lesquels on peut compter, dans une confiance à laquelle je crois vraiment et avec des gens qui croient aussi, une entraide, une solidarité.

Business révolution m’apportait des outils, un réseau, une force, un mindset.

Je suis à fond et j’ai envie de vivre cette liberté de l’indépendance financière grâce à Business Révolution.

Business Révolution : avis 07

Dans Business Révolution, ce que j’ai trouvé, c’est une énergie de dingue, des professionnels, un véritable accompagnement très pragmatique. C’est ça que j’apprécie beaucoup dans cette formation.

Au niveau des compétences web marketing dans Business Révolution, ce qui est très important, c’est avec Franck Rocca la partie Facebook, avec Simon la partie Copywriting et avec Greg la partie croyance.

Business Révolution : avis 08

Le mix des trois fait qu’on a une autre appréhension du web, de l’Internet et de la vente sur Internet.

Vis-à-vis des autres formations que j’ai pu suivre, ce qui est très intéressant dans Business Révolution, c’est le côté pragmatique et très opérationnel. Et surtout c’est simple, méga simple.

Business Révolution : avis 09

Avant Business Révolution, j’étais chef de projet informatique. Je me faisais un peu chier à Paris où il fait gris, pas beau, il fait froid. Je suis corse. Donc, j’avais besoin de soleil. Il fallait que ça change.

Business Révolution m’a apporté d’aller plus loin, plus fort, plus haut, et de réaliser mes rêves.

Business Révolution : avis 10

Ce que j’ai appris avec Business Révolution qui me manquait jusque-là, c’est la notion d’être focalisé sur le plus important, sur les choses qui sont nécessaires, les choses qui vont vraiment faire vendre.

Ce qui m’a vraiment plu dans Business Révolution, c’est la qualité du contenu et aussi la quantité du contenu. On en a vraiment beaucoup, on en a vraiment pour notre argent.

J’ai appris beaucoup de choses que j’aurais bien aimé apprendre à l’école en fait : des techniques marketing, des techniques des ventes qui sont essentielles pour moi pour réussir à vendre sur Internet. Ce sont des choses qui m’ont ouvert les yeux clairement.

Business Révolution : avis 11

Ce qui m’a plu dans Business Révolution, c’est avant tout les formateurs. Du fait qu’ils soient à trois, du fait que ce soit Simon, du fait que ce soit Greg, et du fait que ce soit Franck, j’ai eu le plaisir de les rencontrer chacun individuellement une fois dans ma vie avant d’entrer dans Business Révolution et ça avait accroché au niveau de l’humain. Donc, c’est la première étape.

Après, c’était la partie innovante, l’approche au niveau de la vente directe. Cette innovation-là qui faisait que j’ai dit : Ok, on y va, on rentre, voir un peu dans les profondeurs de Business Révolution.

Ce qui m’a plu dans la pédagogie de Business Révolution, c’est vraiment le système de croyance qui était remis en cause, tout ce qu’a apporté Greg à ce niveau-là.

Je suis pourtant du métier puisque je suis un ancien thérapeute et j’ai vraiment appris des choses intéressantes. J’ai joué le jeu en faisant les exercices.

Et il y a des systèmes de croyance qui ont bougé. Je ne m’entendais pas à ça. Ça a été une très belle surprise et c’est fait de manière intelligente, fine, avec des bons exemples de comment on peut changer notre système de croyance, des histoires par rapport à ça.

C’est vraiment un élément qui m’a énormément plu dans la pédagogie de Business Révolution.

Business Révolution : avis 12

Je m’appelle Gaétan d’Yvoire. Il y a 4 ans maintenant, j’ai créé un blog puisque j’ai quitté mon CDI, j’ai créé un blog qui s’appelle « Randonneur du web ». J’ai créé des produits sur le thème de l’analytique, de l’A/B testing lié au web marketing. Mais j’ai fait énormément d’erreurs. J’ai fait quasiment toutes les erreurs que les entrepreneurs peuvent faire.

Il y a quelques semaines, j’étais vraiment dans un mode en me posant la question : est-ce que je retourne vers un CDI classique ? Est-ce que je continue à travailler dans le domaine des formations dans le web marketing. Puis, j’ai découvert Business Révolution.

Et en découvrant Business Révolution, je me suis dit que je m’étais vraiment planté sur pas mal des choses parce qu’il y avait énormément de choses que je pouvais faire différemment et surtout mieux, de manière plus simple, plus rapide, plus facile.

C’est vraiment ça que j’apprécie dans Business Révolution.

Business Révolution : avis 13

Moi, avant Business Révolution, je n’avais aucune compétence en webmarketing.

Ce que j’ai aimé avant tout, c’est l’approche qui m’a paru très simple, très abordable, et aussi le côté très complémentaire des trois formateurs parce que j’ai trouvé que cette formation intégrait de la PNL, le côté mindset, mental, etc., le coté marketing. C’était très complet. C’est ce que j’ai aimé dans cette approche.

J’avais déjà commencé ou regardé des formations qui n’étaient pas aussi complètes et qui n’intégraient pas tous ces paramètres, et notamment aussi le côté PNL et VAKOG, travail sur les croyances qui à mon avis est aussi fondamental avant de commencer vraiment à travailler sur le marketing.

Je sais que si j’avais une approche uniquement d’emblée purement marketing, je pense que j’aurais moins accroché. Mais là, je trouve ça très complet et présenté d’une façon assez simple. Donc, ça me parle.

J’adore l’ambiance aussi. Je sens qu’il y a un très bon esprit qui règne dans le groupe généralement, que ce soit dans les relations avec les formateurs, entre les stagiaires. Ça, j’apprécie énormément. Je fais des belles rencontres et c’est quelque chose de très riche.

Business Révolution : avis 14

Pour moi, il y a un avant et un après.

Quand je ne connaissais pas Business Révolution, je ne connaissais rien au web marketing, je ne connaissais rien à Internet, je ne connaissais rien à Facebook.

Je ne savais même pas faire un PowerPoint. Je ne savais pas faire tout ce qui était une vidéo, ce qu’est une VTH. C’était étranger pour moi.

Je travaillais sur le sujet, sur la partie de mindset.

La mindset, c’est le mental. C’est comment vous vous programmez pour la réussir, comment vous vous programmez pour avoir envie de réussir.

J’ai travaillé cette partie-là, j’ai appris beaucoup des choses.

Business Révolution : avis 15

Ce qui m’a vraiment enthousiasmé dans cette méthode, c’est la méthode qui va nous accompagner pas à pas.

Ce n’était pas vraiment de nous expliquer le pourquoi du comment, c’était surtout nous expliquer comment le plus rapidement possible, on est arrivé d’un point A au point B sans passer par tout.

Tout ce qu’on avait fouillé sur Internet, c’était vraiment un accompagnement. On nous prend par la main pour nous amener vers un point.

Honnêtement, c’est ça que j’ai adoré dans cette formation. C’est qu’on ne nous laisse pas dans un coin en nous expliquant que la technique, ça se passe comme ça. On nous prend par la main pour aller vers notre objectif. C’est pour ça qu’on a vraiment l’impression d’être accompagné.

Pour moi, c’était essentiel. C’est ça que j’ai aimé dans Business Révolution. Et ce que je recommande justement à ceux qui recherchent de ne pas se sentir seul et de se lancer avec quelqu’un car là, on est vraiment en équipe et on avance ensemble.

 

Business Révolution

Avis d’un « business révolutionnaire » de la première promotion

Participant actif de la première promotion de Business Révolution, je vous livre ici mon avis sur la formation Business Révolution (BR).

https ://youtu.be/tqRVJrU5d8g

Business Révolution

Business Révolution, c’est le nom de la formation créée en 2016 par Simon Caporossi, Grégory Grand et Franck Rocca.

Programme de Business Révolution

Une formation dense, très complète et puissante

Cette formation se déroule dans un premier temps sur 8 semaines, avec un gros module débloqué chaque semaine :

  • Semaine 1 : Quelles sont les règles du jeu pour gagner votre vie avec internet
  • Semaine 2 : Trouvez votre niche à succès pour votre produit
  • Semaine 3 : Créez votre produit de A à Z
  • Semaine 4 et 5 : Créez votre vidéo de vente (VTH =Vidéo Textuelle Hypnotique) en utilisant tous les ingrédients de persuasion
  • Semaine 6 : Mise en ligne de votre système complet avec les outils simples (la technique ne doit pas vous inquiéter)
  • Semaine 7 : Gagnez vos premiers milliers d’euros sans investir en pub grâce aux partenariats
  • Semaine 8 : Attirez des milliers de prospects avec la pub Facebook pour vendre chaque jour

Pour être très franc, ce programme est très complet et vraiment dense.

business révolution programme

Les 3 formateurs Business Révolution

Trio de choc pour des résultats démultipliés

Le fait qu’il y ait 3 formateurs est bien entendu un point extrèmement positif qui permet de bénéficier du meilleur de chaque expertise :

  • Simon Caporossi a développé le système business révolution qui permet de vendre en ligne en aidant les autres avec vos compétences.
  • Franck Roccas est expert en publicité sur Facebook, le réseau où tout se passe actuellement au niveau publicitaire
  • Grégory Grand est formateur en développement personnel et aide les entrepreneurs à améliorer leur mindset.

A eux 3, ils apportent des compétences complémentaires et aussi une excellente ambiance et état d’esprit, notamment lors des webinaires de suivi.

Business Revolution

business révolution programme

Comment réussir votre Business Révolution ?

Pour retirer beaucoup de votre investissement dans Business Révolution, je vous conseille de participer activement via les différents canaux de communication :

  • Le groupe Facebook Business Révolution, réservé aux étudiants. C’est là que ça se passe. Les échanges sont passionnants, nombreux et pertinents. Contribuez, vous allez recevoir en retour de manière plus que proportionnelle.
  • Les webinaires hebdomadaires. Chaque semaine, il y a un webinaire qui permet de poser toutes vos questions stratégiques et techniques ou de mindset ainsi que d’éclairer certains points de la formation Business Révolution qui seraient restés obscurs avec la formation vidéo.
  • Pour ceux qui le veulent, une version avancée, avec stage présentiel est possible. Vous retrouver avec d’autres entrepreneurs qui ont le même état d’esprit de succès que vous, pendant 3 jours est une expérience passionnante.
  • De plus, des groupes masterminds de 3 ou 4 personnes ont été formées dès la première semaine pour pouvoir échanger et partager en petit comité. C’est un véritable groupe de soutien et de motivation, permettant d’aller plus loin que si l’on se retrouve seul face à son écran.

Le réseau que vous allez développer via Business Révolution est l’un des facteurs clés de succès. Plus vous participerez, plus vous avancerez et progresserez avec votre système Business Révolution.

business révolution programme

Stage intensif Business Révolution

3 jours de folie au service de votre business et de votre réseau

Porquerolles, formation Business revolution avis

Franck Rocca, Simon Caporossi, Grégory Grand - Business Révolution

stage intensif business revolution

business revolution Porquerolles

business révolution programme

La promesse Business Révolution

Quand Simon présente son système, il remet en questions de nombreux points que l’on considérait comme allant de soit dans le monde de l’entrepreuneuriat sur internet. Ainsi, un business internet, c’est souvent un assemblage compliqué d’éléments comme :

  • des  page de capture emails
  • des cadeaux à offrir
  • des listes de prospects
  • des séquences d’emails de relance
  • du référencement
  • une page facebook et d’autres réseaux sociaux
  • un blog avec des articles
  • une chaîne Youtube avec des vidéos
  • des conférences en ligne (webinaires)
  • des partenaires à trouver
  • des difficultés techniques
  • des interrogations stratégiques
  • de la solitude
  • du découragement et des phases de motivation

Ces méthodes traditionnelles ajoutent de la complication là où le système de Simon, Business Révolution, utilise le principe 80/20 de Pareto pour aller droit à l’essentiel, en supprimant tout le reste.

Avec ce système, et des produits à 67€, Simon a généré plus de 6 millions d’euros de CA en 6 ans grâce aux Editions de la Main Bleue.

Moi je dis respect…

Business Révolution est un système simple, épuré et puissant qui utilise notamment une vidéo de vente appelée VTH : Vidéo Textuelle Hypnotique.

Les avantages de Business Révolution

  • La possibilité d’avancer à votre rythme
  • Des outils et des concepts qui s’appliquent bien au delà du système Business Révolution à proprement parler
  • Le système Business Révolution permet de créer de la valeur sans obligatoirement lier cela à une passion
  • Trésorerie positive grâce aux publicités Facebook (et cycle de ROI très court)
  • Beaucoup d’entraide entre les participants
  • Une super aventure ;-)

Pour plus de questions, envoyez-moi un message sur la page FB.

business révolution programme

 

Dans la formation Business Revolution que je suis en train de suivre, on enrichit notre argumentaire de vente avec plusieurs procédés et techniques d’influence, l’une d’elle est le VAKOG.

Cela permet de rendre les textes beaucoup plus pertinents en faisant surgir des émotions fortes chez le lecteur.

Jusqu’à aujourd’hui, je n’avais jamais utilisé consciemment ces techniques.

Le VAKOG

Les initiales de V.A.K.O.G. font référence à nos 5 sens :

  • Visuel, la vue
  • Auditif, l’ouïe
  • Kinesthésique, le toucher
  • Olfactif, l’odorat
  • Gustatif, le goût

Comme chaque personne a un sens ou plusieurs dominants, il faut pouvoir s’adresser à tout le monde et toucher tout le monde quelque soit son équilibrage sensoriel.

Dans les chiffres que j’ai trouvé, en résumant les études, on arrive à la répartition suivante parmi la population :

  • 40 à 65 % de visuels
  • 20 à 40 % d’auditifs
  • 5 à 40 % de kinesthésiques
  • Le goût et l’odorat sont inclus a priori chez tout le monde mais mineur dans la capacité de perception du monde qui nous entoure. En revanche, les odeurs sont l’un des « réveils » les plus forts pour faire remonter un souvenir enfoui. Pensez par exemple à l’odeur de l’herbe coupée, le goût d’une framboise cueillie au soleil ou le parfum de votre grand-mère ;-)

VAKOG vocabulaire 5 sens

Dans le jardin des Cinq Sens

La technique VAKOG consiste simplement à utiliser des mots faisant référence aux 5 sens et pas uniquement de rédiger en utilisant son propre champs sémantique habituel.

J’avais beau savoir que c’est bien et puissant de faire appel aux 5 sens, je n’avais jamais rédigé en focalisant mon attention sur l’un des sens.

C’est fou comme ça rend vivant les propos, comme cela aide à rendre vivant les textes et exemples choisis.

Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous conseille vraiment de relire vos textes et de consacrer du temps :

  • à rendre plus attrayants vos argumentaires
  • à changer des tournures pour que cela sonne mieux
  • à remettre la main à la pâte pour affiner vos phrases
  • à changer les structures pour tenir vos lecteurs en haleine
  • à épicer vos exemples pour donner du goût à vos histoires

Voilà, vous avez vu ce que ça peut donner sur les 5 dernières phrases.
En plus, c’est vraiment fun à faire.

Vocabulaire VAKOG

Pour chacun des sens, j’ai essayé de rassemblé les mots clés que vous pouvez utiliser dans vos argumentaires.

Certains nous étaient donnés dans Business Révolution, j’en ai ajouté d’autres issus de mes recherches sur internet pour avoir un gros volume de vocabulaire VAKOG. La liste est non exhaustive.

Enjoy !

Vocabulaire VAKOG : Visuel

  • VERBES :
    voir, revoir, regarder, montrer, visualiser, surveiller, dépeindre, irradier, clarifier, assombrir, discerner, éclairer, scruter, photographier, aveugler, colorer, apercevoir, observer, entrevoir, percevoir, regarder, occulter, contempler, imaginer, se représenter, admirer, viser, cacher, épier, dévisager, reluquer, examiner, guetter, inspecter, toiser, viser, fixer, espionner, hypnotiser, lorgner
  • NOMS :
    perspective, image, flash, photo, horizon, illumination, point de vue , éclaircissement, écran, brillance, graphique, illusion, voyant, clairvoyance, clarté, formes, peinture, éclair, soleil, dessin, lumière, attitude, miroir, assurance, perspective, beauté, éclat, contraste, agencement, couleurs (bleu, jaune, rouge, vert, orange, blanc, noir, rose etc.), tailles (large, haut, grand, petit, etc.), formes (triangle, rond, carré, etc.), masse, pic, pointe
  • ADJECTIFS :
    clair, limpide, lumineux, sombre, brillant, coloré, vague, flou, terne, coloré, net, transparent, foncé, volumineux, observateur
  • EXPRESSIONS :
    poser le regard, brosser un portrait, voir le bout du tunnel, faire un tour d’horizon, garder l’oeil, montrer du doigt, faire la lumière sur, en mettre plein la vue, voir sous son vrai jour, en voir de toutes les couleurs, sans l’ombre d’un doute, idées noires, tout un cinéma, en un clin d’oeil, c’est clair, plein les yeux, comme en plein jour, bien vu, ne pas pouvoir voir quelqu’un, montrer du doigt, avoir un teint éblouissant, voir plus loin que le bout de son nez, avoir le sens de l’observation, n’avoir d’yeux que pour, dévorer des yeux, c’est tout vu, chercher des yeux, saisir à la dérobée, viser du coin de l’œil

 

Vocabulaire VAKOG : Auditif

  • VERBES :
    entendre, parler, dire, redire, écouter, proclamer, murmurer, hurler, résonner, abasourdir, s’écouter, taire, accorder, dialoguer, crier, siffler, sonner, amplifier, chanter, grincer, gémir, chanter, grogner, fronder, aboyer, susurrer, râler, chuchoter, jacasser, orchestrer, auditionner, téléphoner, insonoriser, entendre, marteler, bercer
  • NOMS :
    bruit, mélodie, harmonie, cacophonie, tonalité, cri, accord, musique, commentaire, opinion, rythme, silence, volume, instrument, note, phrase, discours, écho, paroles, tonnerre, tintamarre, cloche, vent, fanfare, sonnerie, symphonie, bémol, onde, oreille, résonance, écouteurs, grelot, gémissements, plainte, grincements, grognement, roulement, hurlement, brouhaha, rumeur, tapage, tumulte, clameur, fracas, vacarme, chant, chuchotement, clapotis, frémissement, murmure, bourdonnement, bruissement, chuintement, clameur, ovation, panorama, scène, vision
  • ADJECTIFS :
    mélodieux, harmonieux, musical, rauque, grave, sourd, aigu, cadence, rythmé, rapide, lent, fort, faible, audible, roque, malentendant, réceptif, cristallin, affaibli, étouffé, régulier, vibrant, feutré, léger, détonant, assourdissant, perçant, percutant, strident, violent, bref, prolongé, sec, léger, métallique, plaintif, prolongé, strident
  • EXPRESSIONS :
    langue bien pendue, mâcher ses mots, tenir sa langue, mot pour mot, bouche cousue, prêter une oreille attentive, façon de parler, avoir son franc-parler, au diapason, à l’écoute, donner le ton, casser les oreilles , réduire au silence, comme de bien entendu, c’est entendu, tendre l’oreille, autrement dit, faire la sourde oreille, sonner les cloches, à bon entendeur, se faire l’écho de, être tout ouïe, en avoir plein les oreilles, marcher à pas feutrés, cela ne me dit rien, accorder ses violons, claquer des doigts, déchirer les tympans

 

Vocabulaire VAKOG : Kinesthésique

  • VERBES :
    appuyer, cogner, frotter, heurter, saisir, caresser, câliner, enlacer, flatter, chatouiller, tripoter, palper, pétrir, presser, tâter, frictionner, frotter chatouiller, masser, effleurer, frôler, égratigner, érafler, écorcher, tâtonner, tâter, sentir, toucher, saisir, remuer, prendre, chercher, toucher, lécher, gesticuler, bouger, rouler, masser, taper, écraser, frapper, ressentir, décortiquer, embrasser, s’étouffer, manipuler, tétaniser, projeter, coller, agripper , serrer, éprouver, manipuler
  • NOMS :
    pression, charge, texture, sensation, pressentiment, choc, impact, poigne, stress, émotion, papouilles, chaleur, bisous, feu, énervement, faim, soif, contact, claque, coup, heurt, caresse, effleurement, sécheresse, moiteur, chatouillement, gifle, tact
  • ADJECTIFS :
    calleux, cotonneux, soyeux, satiné, velouté, poli, noueux, rugueux, doux, lisse, dur, piquant, rêche, rugueux, tiède, collant, gluant, brûlant, duveteux, frais, froid, gras, humide, lourd, mouillé, sec, souple, relaxé, concret, triste, mou, ferme, lié, tendre, solide, dur, froid, chaud, sensible, insensible, blessé, lessivé, frappant, chaleureux, lourd, complexe, superficiel
  • EXPRESSIONS :
    en contact, garder le contact, plein le dos, mettre la main à la pâte, avoir un bon feeling, main dans la main, être à côté de ses pompes, tirer les ficelles, amortir le choc, marcher de travers, prendre son pied, enfoncer le clou, en avoir plein le dos, saisir une occasion, avoir la main mise, avoir les pieds sur terre, bon pied bon oeil, avoir la tête sur les épaules, gros sur le cœur

 

Vocabulaire VAKOG : Olfactif

  • VERBES :
    sentir, puer, renifler, humer, respirer, aspirer, flairer, empester, empuantir, dégager, fleurer, exhaler, embaumer, parfumer, infecter, répandre, subodorer
  • NOMS :
    nez, odeur, sentiment, parfum, narine, senteur, effluves, relents, arômes, haleine, émanation, sinus, fragrance, bouffée, essence
  • ADJECTIFS :
    parfumé, odorant, rance , putride, moisi, musqué
  • EXPRESSIONS :
    avoir du flair, sentir le roussi, mettre au parfum

 

Vocabulaire VAKOG : Gustatif

  • VERBES :
    goûter, dégoûter, saliver, dévorer, croquer, mâcher, engloutir, savourer, avaler, déguster, se délecter, se rassasier, boire, ingurgiter, siroter, bouffer
  • NOMS :
    goût, palais, appétit, papilles, amertume, saveurs, arômes, assaisonnement, dégustation, acidité, âcreté, amertume, âpreté, bouffée, bouquet, dégustation
  • ADJECTIFS :
    amer, sucré, salé, fade, poivré, savoureux, acide, fruité, épicé, insipide, exquis, suave, fugace, musqué, délicat, délicieux, velouté, âcre, aigre, agressif, capiteux, suffocant, écœurant, pestilentiel, aromatique, (dés)agréable, doux, fétide, acerbe, acidulé, astringent, buccal, délectable, douceâtre, faisandé, gustatif, piquant, rance, relevé, succulent,
  • EXPRESSIONS :
    sur le bout de la langue, le sel de la vie, pour tous les goûts, ne pas être dans son assiette, à pleines dents

 

Il y a évidemment des mots qui reviennent plusieurs fois et utilisables pour différents sens.

Amusez-vous !

La clé pour améliorer votre site web, c’est de vous intéresser à ce qui se passe dessus :

  • la provenance de vos visiteurs et pourquoi ils arrivent chez vous
  • les pages que voient vos visiteurs,
  • les pages par lesquelles ils s’en vont, et pourquoi
  • etc.

Pour faire ça, vous devez vous intéresser aux données et statistiques disponibles pour votre site web. Le plus simple, c’est d’utiliser un logiciel comme Google Analytics.

Le problème, c’est que si j’écris « analytics », la plupart des lecteurs a déjà fermé la page car c’est un gros mot.

Mais si vous lisez encore ces lignes, et si vous avez un site web, c’est que vous avez compris qu’il y a ici une clé qui peut vous aider à ouvrir la porte à de meilleurs résultats.

Et vous allez voir, ce n’est pas aussi compliqué que vous le pensez.

L’objectif :

Le but, c’est que vous multipliez par 2, 3, 5 ou même plus le nombre de visiteurs auxquels vous vendez vos services via votre site ou qu’il y ait beaucoup plus de visiteurs qui vous laissent leurs coordonnées et vous contactent.

Il y a des trucs et astuces à connaître et bien sûr des erreurs à ne pas commettre avec Google Analytics.

Etape 1 : installez Google Analytics

Le premier truc, qui est peut-être très bête, mais c’est de l’installer. Le vrai problème, c’est qu’avant de l’avoir installé, on n’a rien, pas une statistique.

Il y a un avant et après.

Si vous voulez avoir des infos, des statistiques sur vos visites, commencez par installer le logiciel.

Etape 2 : filtrez votre adresse IP

Une fois que vous l’avez installé, il faut supprimer votre adresse IP pour ne pas prendre en compte vos propres visites.

Sinon, vous allez biaiser l’ensemble de vos statistiques.

Faites-le donc tout de suite ou vous verrez qu’il y a un visiteur qui reste 40 minutes sur le site. Mais ce sera vous…

Etape 3 : Fixez un objectif

Aujourd’hui, on a un objectif d’activité, un objectif de business, typiquement ça peut être de vendre, ou que les gens, au final, cliquent sur un bouton.

Cet objectif de business, il faut que vous le traduisiez en objectif analytique à paramétrer dans l’administration de Google Analytics.

Il y’a plusieurs types d’objectifs, le plus simple étant de considérer que le visiteur a atteint une certaine page : « un visiteur qui arrive là, ça veut dire que c’est valide ».  C’est peut-être la page de remerciement suite à l’inscription dans un formulaire par exemple.

C’est la chose la plus importante à faire parce que tout ce que vous allez analyser, ce sera au regard de cet objectif .

C’est extrêmement difficile de trouver le bon objectif. Si vous demandez à plusieurs personnes qui gèrent un site l’objectif numéro un, l’objectif principal du site, on aura autant de réponses différentes que de personnes à qui la question est posée.

Le plus simple c’est donc la page de remerciement post-commande parce que c’est là où on est sûr d’avoir tous les gens qui ont commandé « normalement ».

Il y’a d’autres possibilités, on peut rajouter un clic sur le bouton, etc. mais ça demande parfois plus de configuration, donc on va dire que c’est la page de remerciement. Il faut surtout que ce soit une page où la seule manière d’y arriver c’est de passer par le bouton d’achat.

Etape 4 : pratiquez Google Analytics

Google Analytics, et l’Analytics en général, c’est comme une langue étrangère.

On peut l’avoir apprise en 6ème, puis on a tout oublié. Mais une langue étrangère, si on veut que ça serve, il ne faut pas vouloir parler parfaitement, il ne faut pas vouloir maitriser parfaitement la grammaire, mais par contre, il faut pratiquer.

Le bonheur de parler anglais, espagnol, allemand, chinois ou arabe, c’est de pouvoir pratiquer, de converser avec quelqu’un.

Donc ça veut dire que le truc à faire avec Google Analytics c’est d’aller s’amuser avec, d’aller dans les menus.

D’aller essayer de comprendre à quoi ça correspond.

D’aller jouer, d’aller regarder le menu du sous-menu du sous-menu, parce que Google Analytics est assez fort là-dedans.

Le risque c’est d’aller se perdre, mais cela permet d’identifier les points essentiels à regarder, et c’est par là qu’il faut commencer.

Etape 5 : bouchez les trous de votre site

Votre site c’est un peu comme une passoire, c’est-à-dire qu’il y a des gens qui arrivent, mais il y’a des trous partout car les visiteurs peuvent partir par pleins d’endroits.

Le but ça va être d’aller boucher ces trous-là.

Donc le premier truc que je conseille c’est simplement d’aller regarder le rapport Google Analytics qui s’appelle « Pages de Destination ». C’est toutes les pages sur lesquelles les visiteurs arrivent, puisque les gens n’arrivent évidemment pas que sur la homepage.

Dans ce rapport, identifiez les pages qui ont, en comparaison à la moyenne du site, un taux de rebond qui est mauvais.

On va commencer par ces pages-là, parce que souvent on va s’apercevoir, généralement, que 20 % des pages créent 80 % des problèmes des gens qui partent, comme souvent 20 % des pages c’est là où on a 80 % de notre trafic.

Commencer par regarder ces pages, et d’aller sur ces pages-là et de dire : « Pourquoi est-ce que les gens s’en vont quand ils arrivent sur ces pages ? ».

La question c’est de dire : « Est-ce qu’ils ont leur réponse à leur question ? », « Est-ce que la page, potentiellement, est moche, parce que c’est un problème créatif, ou d’ergonomie, etc ? »

C’est l’un des points les plus difficiles. C’est de finalement aller lire dans les pensées de ses visiteurs et de comprendre pourquoi ils sont arrivés là, comment, etc. mais c’est un des points essentiels, parce que plus vous arriverez à diminuer le nombre de trous dans la passoire, plus ça sera simple pour ensuite concentrer le jus, le flux, vers l’objectif du site, et donc vers la conversion.

Etape 6 : vérifiez le ROI de vos actions d’acquisition

Essayez ensuite de tracker tous les liens qui vous apportent du trafic pour savoir d’où viennent vos prospects, pour pouvoir justement ouvrir votre entonnoir de conversion.

Vous allez pouvoir tout vérifier au regard de l’objectif analytique que vous avez fixé.

Le point essentiel à ce moment-là, c’est de vous dire : « Je fais des efforts d’acquisition de trafic, j’envoie des emails, je dépense potentiellement un budget sur AdWords, j’ai une page Facebook, j’ai écrit des articles sur d’autres sites, est-ce que ça me ramène du monde ? »

Et donc d’aller classer vos efforts…  De mesurer combien ça vous ramène de visiteurs. Et de savoir si ces visiteurs commandent ou s’inscrivent ?

Comme vous avez l’objectif de la commande, vous pouvez regarder, au regard de cet objectif, quelles sont les sources de trafic qui vous rapportent de l’argent.

Google Analytics sert quand on prend des décisions avec, donc derrière il faut dire, bah, 20 % de mes pages sont celles qui me rapportent 80 % de mon business, je mets mes efforts absolument là-dessus et donc vraiment renforcer ce point-là.

Logo webanalytics Google Analytics

L’analytics au service de la performance de votre site internet

Etape 7 : testez l’A/B testing

L’idée derrière l’A/B testing, c’est de vous dire : « J’ai ma page actuelle, je vais en créer une variation de cette page-là avec un élément qui va être différenciant pour voir laquelle des deux variations  convertit le mieux au regard de l’objectif fixé. »

Par exemple, ce sont deux pages, l’une avec un bouton rouge et l’autre avec un bouton vert. Mes visiteurs vont dessus aléatoirement et je vois ce qui convertit le mieux.

Une fois que vous l’avez fait, l’idée c’est de recommencer en testant la version qui a le mieux fonctionné contre une nouvelle version (la version C en fait).

3 règles d’or de l’A/B testing

A savoir, il y a 5 règles d’or du testing et la première est de tester ce qui est le plus différenciant, et la couleur du bouton n’est pas obligatoirement le plus différenciant. Globalement, dans le plus différenciant, il y’a d’abord l’offre. Finalement, offrir une offre à abonnement ou offrir une vente ou un essai gratuit par exemple.

Il y a énormément de choses à tester mais c’est sur l’offre marketing que va se faire la plus grande différence en terme de pourcentage.

On a souvent envie de dire « Bah ça y’est, j’ai un produit, je le vends, et puis derrière j’essaye d’améliorer la couleur du bouton pour voir si je peux vendre plus ».

Oui on va vendre plus potentiellement, mais c’est minime par rapport au saut en terme de conversion qu’on peut faire en testant l’offre.

Et le deuxième point, une fois qu’on a testé l’offre et qu’on a fait A contre B, B contre C, B contre D parce que C marchait pas, D contre E, etc., et on peut vraiment tester longtemps, c’est en effet d’aller tester le titre.

C’est le titre qui est ensuite le point le plus différenciant. 50 % de la lecture d’un article ou de l’ouverture d’un mail est dans le titre. Largement. Et c’est pareil pour une offre, ou pour une page ou pour une landing page, etc.

Ensuite seulement, on pourra aller tester les aspects cosmétiques pour savoir si c’est mieux avec un bouton vert, un bouton rouge, ou un peu de copyrighting à droite à gauche.

Quel outil pour faire de l’A/B testing ?

L’A/B testing, vous pouvez en faire avec Google Analytics. Ca s’appelle Google Tests ou Google Experiments. Avant, c’était un outil à part qui se nommait Google Website Optimizer.

La grosse difficulté de Google Analytics Test, c’est qu’il faut absolument à chaque fois faire toute la version complète de la page de base et de la variation.

Si vous avez un site, vous devez créer une deuxième page avec une deuxième URL, qui va vous permettre d’avoir vraiment les deux versions.

Comme ça peut vite devenir pesant ou technique, il y a des outils bien plus simple et super puissants qui ont été créés : AB Tasty, Optimizely, Visual Website Optimizer

Il suffit de chercher « optimisation », « A/B Testing » ou « Split Testing » sur Google et vous trouverez de nombreuses solutions.

AB Tasty est un logiciel français qui fait ça très bien, Optimizely est un logiciel américain qui fait ça très bien aussi. Ce sont des offres souvent payantes mais derrière, c’est payant aussi par rapport au résultat qu’on peut obtenir.

Etape 8 : recommencez, ne vous arrêtez jamais

L’erreur serait de s’arrêter. Le conseil c’est de persévérer.

Il faut persévérer, et vous amuser avec les outils. Si on n’y prend pas du plaisir, ça va être très compliqué d’aller plus loin que : « Je l’ai mis à la sueur de mon front, j’ai regardé et puis, bah, au final j’ai abandonné parce que ça bougeait dans tous les sens, j’ai rien compris ».

Nous vous arrêtez pas là, c’est trop dommage.

Vous devez garder en tête que plus vous échouerez, plus vous aurez de chance de trouver la configuration idéale, celle qui fonctionne vraiment bien et qui va créer une révolution de business et pour votre manière de gérer votre site web.

Testez. Echouez vite. Apprenez et corrigez. Recommencez.

On ne fait pas de recette plus efficace.

 

Pour optimiser vos conversions, rien ne vaut l’AB testing.
Il y a bien-sûr quelques bonnes pratiques à respecter, voici 5 étapes à suivre :

Réussir votre AB testing en 5 étapes

1- Analysez avant de tester

On peut tester tout et n’importe quoi sur un site. J’en parlais dans l’article analytics et imagination, cette dernière est notre seule limite (avec le temps et le budget disponibles probablement).

Il n’y a pas de testing réussi sans analyse préalable.

Cette analyse permet de mieux comprendre les parcours actuels des utilisateurs et d’attaquer les tests directement où le site fonctionne le moins bien.

Commencez par lister les 10 principales landing pages (pages d’entrée) de votre site et de tester celles qui ont un taux de rebond supérieur à la moyenne du site.

2- Adaptez le nombre de variations à la volumétrie

L’équation est logique : si vous avez peu de trafic, cela va prendre plus de temps d’obtenir des résultats statistiquement fiables.

Si vous avez un trafic faible, simplifiez vos tests AB en diminuant le nombre de variations afin de ne pas attendre des semaines pour savoir laquelle de vos versions convertit le mieux.

Toujours sur les variations, ne testez qu’un seul élément à la fois. Si vous changer en même temps le titre, l’image, les champs du formulaire et la couleur du bouton, il vous sera impossible de déterminer l’élément clé qui permet d’améliorer vos conversions.

3- Affectez un trafic constant durant tout le test

Afin de ne pas biaiser les résultats, il est essentiel que le trafic soit stable durant la période de test.

Si vous introduisez trop de variations sur la durée de l’expérience, il y a de grandes chances que les résultats soient beaucoup moins fiables à l’arrivée.

Évitez de changer le pourcentage de votre volume de trafic testé au cours d’un même test.

J’ajoute également de faire attention aux potentielles campagnes qui auraient lieu durant votre test. Si vous avez d’un coup un pic de trafic très élevé mais potentiellement moins qualifié (adwords en masse ou campagne de marque par exemple), les résultats en seront affectés.

4- Fixez vos objectifs en amont du test

C’est l’un des points essentiels. L’interprétation d’un même pourcentage pourra être perçu différemment par les différentes parties prenantes.

Se mettre d’accord en amont sur le niveau de résultats attendus permet d’éviter de faire fluctuer les ambitions, d’interpréter des chiffres de manière non rationnelle ou d’en ignorer complètement d’autres.

Un test peut ne pas donner de résultat, mais on peut toujours en tirer des enseignements.

Il faut donc fixer des objectifs pour chaque test :

  • Un objectif primaire (celui qui a le ROI le plus élevé, généralement les ventes)
  • Des objectifs secondaires (par exemple, le nombre d’inscriptions à une newsletter, le taux d’engagement des visiteurs, le nombre de pages vues, etc.)

5- Ne tirez pas de conclusions trop hâtives

Ce point rejoint le conseil numéro 2. Il faut adapter ses tests en fonction de son volume et toujours garder un oeil sur la fiabilité des statistiques du test.

Pour savoir la durée idéale d’un test, prenez en compte le cycle d’achat moyen de vos clients.

Selon s’ils achètent en coup de coeur à la première visite ou si votre produit demande un temps d’utilisation en ligne de plusieurs jours avant l’achat, vos tests ne pourront être de durée identique.

Comme repère, vous pouvez considérer le seuil de 100 conversions / variation ou de 5000 visiteurs testés pour obtenir des chiffres significatifs.

AB testing : à savoir aussi

Les résultats obtenus grâce à l’AB testing peuvent être assez considérables, aussi bien dans le cadre de l’amélioration continue d’un site que lors de tests plus ponctuels.

Pour tester votre site, vous pouvez utiliser un outil comme AB TastyOptimizely ou Visual Website Optimizer.

Le plus important à retenir : testez votre site, re-testez et testez encore !

ab testing

Dropbox laisse respirer les lecteurs de sa home

Quel est l’objectif premier de votre site ? Cette simple question peut entraîner de nombreuses discussions si ce n’est pas la première pierre posée lors de la création d’un site internet.

Une multitude de points de vue

Une entreprise a un site web depuis quelques années. L’objectif de ce site changera selon la personne à laquelle on s’adresse :

  • Le site du responsable internet est un formidable outil de notoriété
  • Le département marketing concède que c’est de la publicité pas chère
  • « C’est un relai de croissance » indique le chef des ventes
  • La comm’ s’en sert comme outil de communication interne
  • Le PDG découvre que le site existe et propose une réunion sur le sujet

Chacun voit midi à sa porte, chacun a raison et surtout tout le monde a tort.

Le problème, c’est que la structure du site a évoluée au fil des demandes de chacun. Le site est désormais un gros machin compliqué et la homepage ressemble à un sapin de Noël. Un parfait répulsif à utilisateur.

Seul compte l’utilisateur

Alors à quoi sert le site web ? Pour pouvoir répondre, les seules personnes qui comptent sont les visiteurs de votre site. Un site web doit être fait pour le client, et pour lui seul.

Quelques exemples :

  • Vous vendez des voitures ?
    Votre site doit aider chaque personne à trouver de l’information sur vos véhicules pour choisir le sien.
  • Vous louez votre maison de vacances dans le Lubéron ?
    Votre site doit donner envie à chaque internaute de réserver 2 semaines en juillet.
  • Vous êtes photographe de mariage ?
    Votre site doit inciter vos visiteurs à vous contacter pour leur mariage.
  • Vous vendez un service en ligne ?
    Votre site doit donner envie au visiteur de l’utiliser.

Dropbox, service de stockage en ligne en est un parfait exemple. La homepage, très épurée, propose une vidéo explicative à l’utilisateur qui veut comprendre à quoi sert l’outil  et un unique bouton pour télécharger l’outil.

Dropbox laisse respirer les lecteurs de sa home

Epurée, la page d’accueil de Dropbox.com guide l’utilisateur dans sa découverte du produit.

Choisir, c’est renoncer

Bien-sûr, d’autres visiteurs seront venus sur votre site pour des raisons différentes. Tant pis pour eux ! Il est impossible de contenter tout le monde en mettant au même niveau, quasi sans hiérarchie, des contenus avec des objectifs différents.

Il faut choisir un message par page.

Vous devez donc renoncer, supprimer, simplifier, hiérarchiser.

Aidez vos visiteurs, donner leur moins d’info.

Arrêtez de les solliciter de toutes parts.

Laissez-les respirer.

Guidez les doucement vers là où vous souhaitez les emmenez.

Concrêtement

Si vous avez déjà un site, prenez votre page d’accueil et faites cet exercice :

  1. Définissez l’objectif numéro 1 de la page (faire lire une vidéo, collecter des emails, renvoyer vers une section clé…)
  2. Listez tous les éléments qui parasitent ce premier objectif  (pub, trop d’appels au clic, pas de hiérarchie…)
  3. Supprimez-les, tout simplement.
  4. Comparez les statistiques clés avant et après ce changement
  5. Ensuite seulement, si les résultats sont positifs, définissez l’objectif mineur de la page et refaite l’exercice en ajoutant les éléments de manière moins visibles

Fan de ?

Enfant ou adolescent, je n’ai jamais été un vrai « fan » de quelque chose ou quelqu’un.

Je n’ai jamais collectionné éperdument tous les CDs d’un artiste ni essayé de le voir à la sortie d’un concert.

Je n’ai jamais affiché partout mon admiration pour un sportif, alors que mes copains avaient des posters de footballeurs ou de basketeurs sur tous les murs de leur chambre.

Dans ma chambre, c’était plutôt sobre, sage même. Avec des paysages et des montagnes.

J’ai aussi souvent lâché en route mes intérêts du moment :

  • Ma collection de cartes téléphoniques France Télécom n’a jamais dépassé 68 exemplaires
  • Mes albums panini n’ont jamais été remplis que de quelques rares crados ou joueurs de foot.
  • J’ai chanté par coeur (mis mal) quelques chansons de mes artistes favoris du moment, mais je n’ai jamais hurlé « Patriiiick » en concert.

Certains creusaient à fond le sillon de leurs passions, moi je regardais ça un peu étonné et je passais à autre chose.

La seule exception notable, c’est ma collection de bandes dessinées entamée quand j’avais 15 ans et que je continue d’alimenter régulièrement, au point d’avoir plus ou moins 300 BDs dans ma bibliothèque.

Mais là encore, ça reste sage. Rien de ravageur.

Mais ça c’était avant

Aujourd’hui, les choses ont un peu évolué.

Depuis de nombreuses années, j’avais au fond de moi un rêve de création d’entreprise, mais aucun sujet ne me semblait suffisamment puissant pour que je m’y consacre pleinement.

J’ai eu un déclic en 2011.

Et je suis resté littéralement scotché devant mon écran durant des heures pour lire tout ce que je trouvais sur le sujet.

En fait, j’ai découvert Webmarketing Junkie, le blog de Jean Rivière dont les articles m’ont pris aux tripes.

Pour faire très court, le blog propose de très nombreux conseils gratuits pour être plus libre, plus efficace, pour développer son entreprise sur internet et utiliser intelligemment les armes du webmarketing pour vivre de sa passion sur le web.

Certains n’y trouveront aucun intérêt, d’autres crieront même au scandale.

Mais ça a fait écho en moi comme jamais. J’ai réalisé que je pouvais mettre à mon propre service tout ce que j’avais appris jusqu’à présent.

J’ai surtout découvert en moi quelque chose que je ne soupçonnais pas vraiment : l’envie d’aller jusqu’au bout des choses, de connaître tous les détails.

J’ai alors commencé un vrai jeu de piste pour comprendre le système mis en place. J’ai tout décortiqué en allant fouiller chaque micro-piste, ne négligeant aucun détail ni indice. Un processus méthodique et implacable dont je ne me serais jamais cru capable.

J’ai lu tous les articles (il y en avait déjà des centaines), en reprenant tout l’historique du site. Ca m’a pris pas mal de temps au travail, mon boss m’a même demandé si tout allait bien car il devait certainement ressentir un baisse de productivité ;-)

La découverte d’un trésor

J’étais à la fois passionné comme animé par la découverte d’un trésor et rationel dans mon approche comme un détective au sang froid.

Le résultat a été double :

  • J’ai pris un nombre de notes incroyable en lisant l’intégralité des articles. J’ai passé 5 jours à TOUT lire. J’ai synthétisé et regroupé en thématiques, en essayant de conserver l’essence de ces articles déjà très concis et pertinents.
  • J’ai craqué et j’ai acheté pas mal de formations payantes de Jean et suis allé le rencontrer lors de séminaires.

Mais comme un imbécile, j’ai stocké au lieu d’appliquer au fur et à mesure sans arriver à prendre le temps de regarder au fur et à mesure, ni de passer à l’action.

Au final, j’avais des dizaines et des dizaines d’heures de vidéos à rattraper et des centaines de conseils pratiques à appliquer.

Le seul truc que j’ai vraiment appris

Des mois et des mois plus tard, j’ai enfin créé mon blog et créé une formation sur le webmarketing et l’analytics.

Je me suis largement amélioré en terme d’organisation.

J’ai appliqué (enfin) une partie des conseils.

Et je bouillonne toujours intérieurement de mon envie d’apprendre, d’agir de progresser et surtout de partager ce que j’ai appris.

Mais le plus important n’est pas là.

apprendre

La seule chose à retenir est la suivante :

Apprenez peu, appliquez beaucoup et tout de suite !

Plus vous appliquerez, plus vous passerez à l’action, vite et souvent, plus vous aurez de résultats.

J’ai mis des mois à vraiment le comprendre. Et je commence à prendre un sacré plaisir à le faire vraiment.

C’est super stimulant d’apprendre et de découvrir des stratégies et tactiques marketing.

Mais ça ne sert à rien si vous n’appliquez pas. 

Et si vous avez peur, dîtes-vous que vous ne risquez rien et n’avez rien à perdre.

Peu importe les remarques, peu importe le regard des autres :

Croyez en ce que vous faîtes, mais surtout faîtes-le !

Allez, au boulot !