Articles

La clé pour améliorer votre site web, c’est de vous intéresser à ce qui se passe dessus :

  • la provenance de vos visiteurs et pourquoi ils arrivent chez vous
  • les pages que voient vos visiteurs,
  • les pages par lesquelles ils s’en vont, et pourquoi
  • etc.

Pour faire ça, vous devez vous intéresser aux données et statistiques disponibles pour votre site web. Le plus simple, c’est d’utiliser un logiciel comme Google Analytics.

Le problème, c’est que si j’écris « analytics », la plupart des lecteurs a déjà fermé la page car c’est un gros mot.

Mais si vous lisez encore ces lignes, et si vous avez un site web, c’est que vous avez compris qu’il y a ici une clé qui peut vous aider à ouvrir la porte à de meilleurs résultats.

Et vous allez voir, ce n’est pas aussi compliqué que vous le pensez.

L’objectif :

Le but, c’est que vous multipliez par 2, 3, 5 ou même plus le nombre de visiteurs auxquels vous vendez vos services via votre site ou qu’il y ait beaucoup plus de visiteurs qui vous laissent leurs coordonnées et vous contactent.

Il y a des trucs et astuces à connaître et bien sûr des erreurs à ne pas commettre avec Google Analytics.

Etape 1 : installez Google Analytics

Le premier truc, qui est peut-être très bête, mais c’est de l’installer. Le vrai problème, c’est qu’avant de l’avoir installé, on n’a rien, pas une statistique.

Il y a un avant et après.

Si vous voulez avoir des infos, des statistiques sur vos visites, commencez par installer le logiciel.

Etape 2 : filtrez votre adresse IP

Une fois que vous l’avez installé, il faut supprimer votre adresse IP pour ne pas prendre en compte vos propres visites.

Sinon, vous allez biaiser l’ensemble de vos statistiques.

Faites-le donc tout de suite ou vous verrez qu’il y a un visiteur qui reste 40 minutes sur le site. Mais ce sera vous…

Etape 3 : Fixez un objectif

Aujourd’hui, on a un objectif d’activité, un objectif de business, typiquement ça peut être de vendre, ou que les gens, au final, cliquent sur un bouton.

Cet objectif de business, il faut que vous le traduisiez en objectif analytique à paramétrer dans l’administration de Google Analytics.

Il y’a plusieurs types d’objectifs, le plus simple étant de considérer que le visiteur a atteint une certaine page : « un visiteur qui arrive là, ça veut dire que c’est valide ».  C’est peut-être la page de remerciement suite à l’inscription dans un formulaire par exemple.

C’est la chose la plus importante à faire parce que tout ce que vous allez analyser, ce sera au regard de cet objectif .

C’est extrêmement difficile de trouver le bon objectif. Si vous demandez à plusieurs personnes qui gèrent un site l’objectif numéro un, l’objectif principal du site, on aura autant de réponses différentes que de personnes à qui la question est posée.

Le plus simple c’est donc la page de remerciement post-commande parce que c’est là où on est sûr d’avoir tous les gens qui ont commandé « normalement ».

Il y’a d’autres possibilités, on peut rajouter un clic sur le bouton, etc. mais ça demande parfois plus de configuration, donc on va dire que c’est la page de remerciement. Il faut surtout que ce soit une page où la seule manière d’y arriver c’est de passer par le bouton d’achat.

Etape 4 : pratiquez Google Analytics

Google Analytics, et l’Analytics en général, c’est comme une langue étrangère.

On peut l’avoir apprise en 6ème, puis on a tout oublié. Mais une langue étrangère, si on veut que ça serve, il ne faut pas vouloir parler parfaitement, il ne faut pas vouloir maitriser parfaitement la grammaire, mais par contre, il faut pratiquer.

Le bonheur de parler anglais, espagnol, allemand, chinois ou arabe, c’est de pouvoir pratiquer, de converser avec quelqu’un.

Donc ça veut dire que le truc à faire avec Google Analytics c’est d’aller s’amuser avec, d’aller dans les menus.

D’aller essayer de comprendre à quoi ça correspond.

D’aller jouer, d’aller regarder le menu du sous-menu du sous-menu, parce que Google Analytics est assez fort là-dedans.

Le risque c’est d’aller se perdre, mais cela permet d’identifier les points essentiels à regarder, et c’est par là qu’il faut commencer.

Etape 5 : bouchez les trous de votre site

Votre site c’est un peu comme une passoire, c’est-à-dire qu’il y a des gens qui arrivent, mais il y’a des trous partout car les visiteurs peuvent partir par pleins d’endroits.

Le but ça va être d’aller boucher ces trous-là.

Donc le premier truc que je conseille c’est simplement d’aller regarder le rapport Google Analytics qui s’appelle « Pages de Destination ». C’est toutes les pages sur lesquelles les visiteurs arrivent, puisque les gens n’arrivent évidemment pas que sur la homepage.

Dans ce rapport, identifiez les pages qui ont, en comparaison à la moyenne du site, un taux de rebond qui est mauvais.

On va commencer par ces pages-là, parce que souvent on va s’apercevoir, généralement, que 20 % des pages créent 80 % des problèmes des gens qui partent, comme souvent 20 % des pages c’est là où on a 80 % de notre trafic.

Commencer par regarder ces pages, et d’aller sur ces pages-là et de dire : « Pourquoi est-ce que les gens s’en vont quand ils arrivent sur ces pages ? ».

La question c’est de dire : « Est-ce qu’ils ont leur réponse à leur question ? », « Est-ce que la page, potentiellement, est moche, parce que c’est un problème créatif, ou d’ergonomie, etc ? »

C’est l’un des points les plus difficiles. C’est de finalement aller lire dans les pensées de ses visiteurs et de comprendre pourquoi ils sont arrivés là, comment, etc. mais c’est un des points essentiels, parce que plus vous arriverez à diminuer le nombre de trous dans la passoire, plus ça sera simple pour ensuite concentrer le jus, le flux, vers l’objectif du site, et donc vers la conversion.

Etape 6 : vérifiez le ROI de vos actions d’acquisition

Essayez ensuite de tracker tous les liens qui vous apportent du trafic pour savoir d’où viennent vos prospects, pour pouvoir justement ouvrir votre entonnoir de conversion.

Vous allez pouvoir tout vérifier au regard de l’objectif analytique que vous avez fixé.

Le point essentiel à ce moment-là, c’est de vous dire : « Je fais des efforts d’acquisition de trafic, j’envoie des emails, je dépense potentiellement un budget sur AdWords, j’ai une page Facebook, j’ai écrit des articles sur d’autres sites, est-ce que ça me ramène du monde ? »

Et donc d’aller classer vos efforts…  De mesurer combien ça vous ramène de visiteurs. Et de savoir si ces visiteurs commandent ou s’inscrivent ?

Comme vous avez l’objectif de la commande, vous pouvez regarder, au regard de cet objectif, quelles sont les sources de trafic qui vous rapportent de l’argent.

Google Analytics sert quand on prend des décisions avec, donc derrière il faut dire, bah, 20 % de mes pages sont celles qui me rapportent 80 % de mon business, je mets mes efforts absolument là-dessus et donc vraiment renforcer ce point-là.

Logo webanalytics Google Analytics

L’analytics au service de la performance de votre site internet

Etape 7 : testez l’A/B testing

L’idée derrière l’A/B testing, c’est de vous dire : « J’ai ma page actuelle, je vais en créer une variation de cette page-là avec un élément qui va être différenciant pour voir laquelle des deux variations  convertit le mieux au regard de l’objectif fixé. »

Par exemple, ce sont deux pages, l’une avec un bouton rouge et l’autre avec un bouton vert. Mes visiteurs vont dessus aléatoirement et je vois ce qui convertit le mieux.

Une fois que vous l’avez fait, l’idée c’est de recommencer en testant la version qui a le mieux fonctionné contre une nouvelle version (la version C en fait).

3 règles d’or de l’A/B testing

A savoir, il y a 5 règles d’or du testing et la première est de tester ce qui est le plus différenciant, et la couleur du bouton n’est pas obligatoirement le plus différenciant. Globalement, dans le plus différenciant, il y’a d’abord l’offre. Finalement, offrir une offre à abonnement ou offrir une vente ou un essai gratuit par exemple.

Il y a énormément de choses à tester mais c’est sur l’offre marketing que va se faire la plus grande différence en terme de pourcentage.

On a souvent envie de dire « Bah ça y’est, j’ai un produit, je le vends, et puis derrière j’essaye d’améliorer la couleur du bouton pour voir si je peux vendre plus ».

Oui on va vendre plus potentiellement, mais c’est minime par rapport au saut en terme de conversion qu’on peut faire en testant l’offre.

Et le deuxième point, une fois qu’on a testé l’offre et qu’on a fait A contre B, B contre C, B contre D parce que C marchait pas, D contre E, etc., et on peut vraiment tester longtemps, c’est en effet d’aller tester le titre.

C’est le titre qui est ensuite le point le plus différenciant. 50 % de la lecture d’un article ou de l’ouverture d’un mail est dans le titre. Largement. Et c’est pareil pour une offre, ou pour une page ou pour une landing page, etc.

Ensuite seulement, on pourra aller tester les aspects cosmétiques pour savoir si c’est mieux avec un bouton vert, un bouton rouge, ou un peu de copyrighting à droite à gauche.

Quel outil pour faire de l’A/B testing ?

L’A/B testing, vous pouvez en faire avec Google Analytics. Ca s’appelle Google Tests ou Google Experiments. Avant, c’était un outil à part qui se nommait Google Website Optimizer.

La grosse difficulté de Google Analytics Test, c’est qu’il faut absolument à chaque fois faire toute la version complète de la page de base et de la variation.

Si vous avez un site, vous devez créer une deuxième page avec une deuxième URL, qui va vous permettre d’avoir vraiment les deux versions.

Comme ça peut vite devenir pesant ou technique, il y a des outils bien plus simple et super puissants qui ont été créés : AB Tasty, Optimizely, Visual Website Optimizer

Il suffit de chercher « optimisation », « A/B Testing » ou « Split Testing » sur Google et vous trouverez de nombreuses solutions.

AB Tasty est un logiciel français qui fait ça très bien, Optimizely est un logiciel américain qui fait ça très bien aussi. Ce sont des offres souvent payantes mais derrière, c’est payant aussi par rapport au résultat qu’on peut obtenir.

Etape 8 : recommencez, ne vous arrêtez jamais

L’erreur serait de s’arrêter. Le conseil c’est de persévérer.

Il faut persévérer, et vous amuser avec les outils. Si on n’y prend pas du plaisir, ça va être très compliqué d’aller plus loin que : « Je l’ai mis à la sueur de mon front, j’ai regardé et puis, bah, au final j’ai abandonné parce que ça bougeait dans tous les sens, j’ai rien compris ».

Nous vous arrêtez pas là, c’est trop dommage.

Vous devez garder en tête que plus vous échouerez, plus vous aurez de chance de trouver la configuration idéale, celle qui fonctionne vraiment bien et qui va créer une révolution de business et pour votre manière de gérer votre site web.

Testez. Echouez vite. Apprenez et corrigez. Recommencez.

On ne fait pas de recette plus efficace.

 

Créer un site internet

Un guide pour les débutants

Vous débutez en blogging ?

Vous avez le projet de créer un site internet ?

Vous ne savez pas comment vous y prendre ?

Si oui, cet article est pour vous.

Cela vous parait compliqué ?

Si votre motivation est forte pour créer votre site internet, vous avez sûrement en tête de très nombreuses idées.

C’est pour chacun pareil. On a au départ beaucoup d’idées géniales, en vrac. La difficulté est de les structurer et de les classer dans le bon ordre. Souvent, on démarre bille en tête sans méthode, et l’on se décourage dès les premières difficultés.

Cet article a un but principal : permettre de transformer un projet web qui paraît compliqué en une suite d’actions simples à exécuter.

Comme pour la randonnée

Pour partir randonner en montagne, il y a des étapes identifiées pour réussir son expédition. Chacune de ces étapes est cruciale et ne dois pas être négligée.

Au contraire, si je pars grimper un matin sans aucune préparation, en tongs, sans carte ni boussole, mon risque d’échec est élevé car je manque de logistique, de matériel adapté, de connaissance du terrain… Je vais me perdre dans le brouillard sans jamais voir le refuge ou atteindre le sommet. J’en étais pourtant peut-être à quelques mètres…

C’est identique pour créer son site internet. Connaître les étapes et avoir la carte est un facteur de succès. En tant que Randonneur du web, laissez-moi être votre guide.

Je n’irai pas dans le détail pour chacun de ces points. Je vais surtout essayer de synthétiser le mieux possible pour vous donner l’essentiel. Si vous en avez besoin, demandez des précisions en commentaire.

Pourquoi je donne toutes ces infos

Il y a au moins 4 raisons qui m’ont poussé à écrire cet article fleuve pour partager avec vous le processus que j’utilise à chaque fois que je crée un nouveau site internet :

Monsieur Internet

En tant que Monsieur Internet pour mes proches, je suis régulièrement consulté sur le thème  (rayez les mentions inutiles) :

Gaétan, je veux faire un site pour : faire vivre une incroyable idée business  / louer ma maison de campagne / me marrer / monter ma boîte / partager mes voyages.

Comme j’adore aider mais n’aime pas me répéter, je vais enfin pouvoir imprimer et distribuer ces conseils.

Guide : un métier

Créer un site internet est un métier à part entière (je le pratique depuis plus de 10 ans).
Cela demande d’avoir de nombreuses compétences et/ou de faire appel à des experts. Les étapes pour bien faire sont si nombreuses qu’il est obligatoire d’avoir un guide. J’aime bien guider.

Gratuit mais pas désintéressé

Certains malhonnêtes vendent parfois très cher le quart des conseils que vous allez lire ci-dessous. Je risque de ne pas me faire que des amis en publiant un tel article.
J’espère sincèrement que cela encouragera les débutants à se tourner vers des professionnels plutôt que bidouiller à l’arrache un site tout moche et non fonctionnel au final.

Mystérieuse invitation

La quatrième raison est que je réponds à une invitation qu’on ne peut pas refuser, mais ça : je vous en reparlerai en conclusion.

L’étape 0

Allez, ne traînons pas plus et allons-y !

00. Pour prendre un bon départ

Avant de partir, votre mission est de lister toutes les idées que vous avez en tête concernant votre site internet. Par exemple :

  • Les problèmes qui vous paraissent difficiles
  • Les termes techniques que vous ne comprenez pas
  • Les outils dont vous avez entendu parler et qui vous semblent importants
  • Le contenu qui existe peut-être déjà
  • La manière dont vous imaginez votre site
  • Tout ce que vous aimeriez mettre en place
  • Etc.

Cette liste vous sera très utile par la suite car elle récapitule les forces sur lesquelles vous appuyer et les faiblesses que vous allez devoir renforcer. Vous allez vous en servir dès le prochain paragraphe.

47 étapes, réparties en 7 chapitres

Bon, comme vous le voyez, il y a du boulot.
Pour atteindre les sommets, j’ai divisé ce guide en 7 grands chapitres :

  1. Faites le bilan de l’existant
  2. Organisez votre plan d’action
  3. Installez la structure du site internet
  4. Paramétrez le site web
  5. Créez du contenu & gérez la vie du site
  6. Organisez votre présence en ligne
  7. Optimisez votre site

Ces chapitres sont un premier filtre pour organiser vos idées. Vous pouvez reprendre les points listés à l’étape 0 et les classer en fonction de ces chapitres.

I – Faites le bilan de l’existant

01. Cadrez le sujet

Réfléchissez bien au site web ce que vous voulez créer, et pourquoi vous souhaitez le faire.
Vérifiez une fois encore que vous avez la motivation pour aller au bout.

02. Lister les documents déjà en votre possession

Pour créer votre site, vous allez pouvoir vous appuyer sur un certain nombre de contenus que vous avez déjà ou sur des points que vous aviez précédemment listés.
Rassemblez tout ça.

03. Cherchez des infos complémentaires sur votre problématique

Il n’y a désormais plus aucun sujet dont on ne parle pas quelque part sur internet. Pour savoir ce que l’on dit de vous, de votre produit, de votre service, de votre hôtel, de votre ville, de votre thème, le tout est de le trouver grâce aux moteurs de recherche ou d’autres outils.
Sachez donc utiliser les requêtes avancées de Google (par exemple : « site : » ou « inurl »).

04. Analysez votre marché et vos concurrents

Dans votre thématique de blogging ou pour votre site, il y a déjà des concurrents qui ont un site et le font vivre. Listez-les, suivez ce qu’ils font.
Utilisez à bon escient flux RSS ou autres logiciels de syndication.

05. Listez vos forces et faiblesses

Faites une (rapide) analyse SWOT pour bien avoir en tête vos atouts et les risques (techniques, humains, financiers, temps disponible, etc.) que vous allez rencontrer.
Décidez en connaissance de cause si vous y allez ou non.

II – Organisez votre plan d’action

06. Ecrivez votre stratégie

Mettez noir sur blanc votre vision du business / projet.
Définissez précisément l’objectif principal de votre site et 3 sous-objectifs (maximum).
Cela vous aidera à ne pas vous éparpiller par la suite ; à savoir dire non pour rester focus.

07. Listez vos contenus

Grâce à votre site, vous allez aborder un très grand nombre de sujets dans vos articles. Listez toutes vos idées (vous devriez en avoir à la pelle, sinon, c’est qu’il y a un problème quelque part dans le choix de votre sujet). Elles peuvent concerner tout ce dont vous souhaitez parler, indiquez surtout ce qui intéresse vos futurs lecteurs / clients.

Définissez le plan du site, listez toutes les rubriques et pages que vous souhaitez créer. N’oubliez pas dindiquer l’objectif de chaque page (un seul objectif par page).

Avec ce que vous avez déjà en votre possession (liste de l’étape 0), commencez à répartir les contenus et imaginez la manière dont ce qui manque peut être créé.

08. Listez les tactiques

C’est le moment de donner en toutes vos idées qui vont vous permettre d’atteindre les objectifs de votre stratégie. Cela peut concerner par exemple le marketing, la vente, les partenaires potentiels que vous souhaitez contacter, etc.
Bâtissez un calendrier avec toutes ces actions.

09. Eteignez votre ordinateur et prenez une feuille blanche

C’est l’un de mes moments favoris, le calme numérique avant la tempête. A l’aide d’un crayon, dessinez votre site idéal, en essayant d’imaginer la structure des pages et la façon dont l’internaute va accéder à vos contenus.
Ajoutez tout ce que vous souhaitez, puis simplifiez.
Simplifiez encore : vous ne voulez pas d’un site qui ressemble à un sapin de Noël. Vos lecteurs non plus.

10. Avant le grand saut

Avec tout ce que vous avez fait, vous êtes prêt à créer votre site.
Mais avant le grand saut, vérifiez une fois encore si vous avez la motivation pour y aller ou non (GO / NO GO). Il vaut mieux s’arrêter maintenant qu’au milieu d’un site raté dont vos clients rigoleront.

III – Installez la structure du site internet

Soyons franc, les 2 prochains chapitres sont ceux qui rebutent la plupart des candidats au blogging ou à la création de site internet car ils l’affirment :

Je ne connais rien à la technique !

Aujourd’hui, il est 100 fois moins technique de créer un site web qu’il y a encore 5 ans. Le nombre de solutions et logiciels de gestion de contenu (CMS : Content Management System) fait que le choix est grand est la création facile.

Fermons la parenthèse et revenons aux étapes « techniques » pour créer son site web ou son blog.

11. Choisir et acheter un nom de domaine (DNS)

Vérifier sa disponibilité sur gandi.net ou ovh.com par exemple. Achetez-le chez OVH (ou votre hébergeur à choix).
Idéalement, utiliser le .com et acheter puis rediriger les variantes du DNS principal (avec tirets, autres extensions .fr / .net etc.). Le coût : moins de 10€ / an.

12. Choisir une solution de gestion de contenu

Mon unique conseil : choisir WordPress (la communauté de développeurs est la plus grande et la plus active) et héberger son site chez un hébergeur professionnel, sans utiliser la solution d’hébergement maison de WordPress qui est un peu plus simple mais beaucoup plus limitée.

13. Prendre une solution d’hébergement

Je suis chez OVH pour plusieurs des sites que je gère. Chez Infomaniak pour d’autres. Je suis ravi des 2, sachant que l’hébergement mutualisé (vous n’avez pas un serveur dédié pour vous, ce qui est inutile à moins d’être un très gros site) est moins cher chez OVH : moins de 30€ / an.
Si vous le souhaitez, vous pouvez protéger votre « whois » pour que votre nom n’apparaisse pas quand on cherche à qui appartient un nom de domaine.

14. Installer le CMS choisi sur votre hébergement

Chez OVH, il existe des options pour installer WordPress de manière très simple directement à travers l’interface de gestion. Vous pouvez aussi le faire grâce à un logiciel FTP qui va vous permettre d’accéder à votre serveur pour y déposer des fichiers.

15. Paramétrer la configuration initiale du blog

Si vous avez installé votre blog WordPress grâce à OVH, vous allez pouvoir y accéder en saisissant votre URL www.mon-site.com dans votre navigateur. Là, vous aurez quelques champs à renseigner pour configurer les accès et l’utilisateur admin de votre site.
Si vous n’avez pas accès à votre nom de domaine durant les premières heures (max 2 jours), c’est normal, cela prend un peu de temps.

16. Configurez un compte Google Apps

Si vous souhaitez avoir des adresses mails du type @mon-site.com, le plus pertinent est de créer un compte Google Apps (donc Gmail ensuite).
Temps de configuration nécessaire : une grosse demi-heure la première fois pour la base. Vous aurez notamment quelques trucs à ajouter chez OVH. Tout est expliqué dans le mode d’emploi  Google Apps.

17. Bonus : configuration redirection chez OVH

Dans l’interface de gestion, configurez une redirection de mon-site.com (sans www) vers www.mon-site.com. Cela évitera à vos internautes quelques énervements.

IV – Paramétrez le site

Une fois que vous avez accès à votre site en tapant son URL, il y a plein de réglages à faire pour préparer votre site. Cette configuration initiale de WordPress se fait via l’interface d’administration qui se trouve généralement ici à l’adresse www.mon-site.com/wp-admin.

On va voir les principaux dans l’ordre.

18. Tableau de bord : Réglages / Général

Indiquez le titre et la baseline de votre site.
Indiquez votre fuseau horaire.
Cliquez sur « enregistrer ».

19. Tableau de bord : Réglages / vie privée

Cochez « Demander aux moteurs de recherche de ne pas indexer ce site » tant que vous n’avez pas fait tous les réglages et créé les premiers contenus. Sinon, Google va se réjouir d’indexer l’article « Bonjour ! » par défaut de WordPress.
Cliquez sur « enregistrer ».
Attention : ce paramètre est à rechanger dès que vous souhaitez que votre site soit indexé !

20. Tableau de bord : Réglages / permaliens

Choisir personnalisé et indiquez : / %category %/ %postname %/ ou simplement / %postname %/ si vous ne voulez pas que vos catégories apparaissent dans vos URLs.
Cliquez sur « enregistrer ».

21. Tableau de bord : Apparences / Thèmes

La force de WordPress est qu’il permet de dissocier aisément votre contenu de sa forme. Vous pouvez choisir un thème qui viendra habiller vos propos. Tapez « Thème WordPress » sur Google et choisissez celui qui vous convient. Il y a des thèmes gratuits et des payants, à vous de voir.
Soit vous pouvez garder le thème par défaut, soit vous pouvez installer via FTP un autre qui vous plaît et le choisir depuis cette rubrique. Souvent, les thèmes avancés ont aussi des paramètres à configurer.

22. Tableau de bord : Extensions / Ajouter

WordPress vous permet d’ajouter plein de programmes supplémentaires qui apportent des fonctions parfois utiles, parfois moins. Si je devais donner mes 10 plugins essentiels, ce seraient ceux là :

  1. Akismet : contre le spam dans les commentaires
  2. Broken Link Checker : vérifie que vos liens fonctionnent
  3. CommentLuv : améliore la gestion de vos commentaires
  4. Contact Form 7 : pour créer des formulaires de contact
  5. NextGEN Gallery : pour gérer vos images
  6. Redirection : permet d’avoir une interface simple pour indiquer quand une page change d’adresse ou créer des raccourcis d’URL maison
  7. Similar Posts (avec Post-Plugin Library qui lui permet de fonctionner) : pour indiquer les articles similaires
  8. WordPress Database Backup : pour faire la sauvegarde régulière de votre blog
  9. WordPress SEO : pour optimiser le référencement de votre site
  10. WP Super Cache : pour accélérer l’affichage de vos pages

Une fois installés, il faut activer et faire les réglages de ces plugins, chacun étant accessible différemment.

23. Tableau de bord : Extensions / Configuration Akismet

Faire les réglages de : Akismet.
Vous devez obtenir un identifiant en vous inscrivant ici sur akismet.com/signup/#free.

24. Tableau de bord : Outils / nom du plugin

Faire les réglages de : Redirection / WP Super Cache / WordPress Database Backup / Broken Link Checker.

25. Tableau de bord : Outils / nom du plugin

Faire les réglages de : Similar Posts.

26. Tableau de bord : Gallery (l’onglet s’ajoute)

Faire les réglages de NextGEN Gallery.

27. Tableau de bord : SEO (l’onglet s’ajoute)

Faire les réglages de WordPress SEO. Regardez sur le web des tutoriaux pour ce plugin, ça vaut le coup d’y passer un peu de temps. Il y a des options particulièrement importantes (sitemap, titre et description, utilisation des outils pour webmaster, utilisation des outils sociaux, etc.)

Pour info, le SEO, ce n’est pas très compliqué. Il y a des règles de base à connaître et à appliquer. Elles concernent notamment :

  • La forme de vos URLs (réglées dans permaliens)
  • La hiérarchisation techniques propre de vos contenus (titre h1 / h2…)
  • Un ensemble de metadonnées sur chaque page : titre, description, mots clés
  • Un ensemble de metadonnées sur chaque image : nommage, titre, légende, balise « alt »
  • Du contenu : écrire correctement pour le web, écrire souvent et proprement avec des mots clés pertinents
  • La capacité à suivre intelligemment la vie de son site grâce à Google Analytics et aux outils pour webmaster

28. Tableau de bord : Utilisateurs

Complétez votre profil (créez un 2e utilisateur qui ne s’appelle pas admin mais qui en a les droits).
Créez tous les utilisateurs qui vous sont utiles.

29. Tableau de bord : Articles / Catégories

Créez une nouvelle catégorie qui sera la catégorie par défaut de votre site.
Indiquez cette catégorie dans « Tableau de bord : Réglages / Ecriture / Catégorie par défaut des articles« .
Revenez sur « Tableau de bord : Articles / Catégories » et supprimez la catégorie « non classés ».
Créez les autres catégories que vous jugez utiles pour vos futurs articles.

30. Tableau de bord : Liens / Tous les liens

Sélectionnez tous les liens existant par défaut.
Supprimez-les entièrement car ils sont inutiles (WordPress forum, help, etc.).
Créez des catégories de liens adaptées à votre site et les liens qui vont avec.

31. Tableau de bord : Apparences / Menus

En fonction de votre thème, la gestion des menus est différente. Sachez juste que WordPress permet de créer des menus où vous voulez sur le site, il faut les paramétrer ensuite dans cette section.
Si vous voulez faire évoluer vos menus, il faudra probablement mettre les mains dans le cambouis des feuilles de style css et fichiers php !

32. Tableau de bord : Apparences / Widgets

Le choix des widgets de la sidebar dépend clairement de ce que vous souhaitez mettre en avant sur votre blog et de l’objectif de celui-ci. De manière générale, voici ce que l’on peut trouver, au choix (liste non exhaustive, à adapter) :

  • Un moteur de recherche interne au site (de WordPress ou Google CSE)
  • Une rapide présentation du blog
  • La liste des articles populaires
  • La liste des articles les plus partagés
  • La liste des derniers articles
  • La liste des catégories
  • Un nuage de mots clés
  • Les recherches populaires et/ou récentes
  • La liste des derniers commentaires
  • Un formulaire de capture d’emails (genre Aweber, Mailchimp ou SG autorépondeur)
  • Des liens vers d’autres sites
  • Des liens ou widget vers du contenu social : Facebook / Twitter / Google+ / Flux RSS / etc. D’ailleurs, vous pouvez utiliser ceux de randonneur du web si vous appréciez cet article ;-)

33. Autres réglages

En fonction de votre thème, il faudra vous adapter. Je conseille néanmoins de ne pas passer à côté de 2 choses essentielles :

  • Installer Google Analytics (code à ajouter soir dans le code directement, soit dans les réglages du thème)
  • Installer les outils de partage AddThis (possible via un plugin ou en copiant le code dans un widget).

V – Créez du contenu & gérez la vie du site

Une fois que vous aurez fait tous ces réglages, vous vous retrouverez avec une machine de guerre. Cet outil sera prêt à l’emploi mais ce sera toujours une coquille vide. Il vous faut créer du contenu.

34. Créez des articles

Allez dans « Tableau de bord : Articles / ajouter » et écrivez votre premier article.
(Ah oui, à propos de 1er article, pensez à supprimer celui qui vient par défaut dans WordPress.)
Ajoutez des images (vous pouvez utiliser Canva, super outil de retouche d’images en ligne), des vidéos, etc.
Assignez une ou plusieurs catégories.
Rédigez l’extrait qui s’affichera sur votre page d’accueil ou dans les pages d’archives.
Paramétrez les configurations SEO, commentaires, etc. qui se trouvent sous le champ de saisie.
Relisez, corrigez les fautes d’orthographes (faites relire si besoin).
Inspirez, expirez, publiez, vérifiez que tout apparaît correctement en ligne.

35. Créez des pages

Le fonctionnement est ici similaire aux articles. Historiquement, la différence fait que les pages sont souvent jugées comme un stock (elles sont des piliers qui donnent une info constante) et les articles comme un flux (et on a tendance à oublier ce qui a été écrit au delà de la semaine dernière). En fonction de votre site et de l’utilisation que vous en ferez, cela pourra évoluer, les 2 notions se confondent de plus en plus.

36. Ouvrez aux moteurs de recherche

N’oubliez pas d’ouvrir à nouveau votre site aux moteurs de recherche dans « Tableau de bord : Réglages / vie privée« .

37. Commentaires

Si des internautes viennent sur votre site et s’intéressent à ce que vous publiez en commentant, ayez la politesse de leur répondre…

VI – Organisez votre présence en ligne

Au-delà de votre seul site internet, vous allez devoir développer votre écosystème web en organisant votre présence en ligne. Il y a des milliers de sites et d’applications utiles, en voici une liste digeste.

38. Commentaires

On en parlait juste dans le paragraphe précédent. Afin de rendre vos interventions sur votre site et ailleurs plus vivante et que l’on puisse vous identifier en ligne, créez un profil chez gravatar.com.

39. Google

Les outils gratuits de Google sont à utiliser sans modération selon moi.

  • Créez votre profil Google+.
  • Ouvrez une page YouTube pour vos vidéos (idem avec Dailymotion et Vimeo au passage).
  • Utilisez Google Analytics couplés aux outils pour webmaster.
  • Créez votre flux RSS avec Feedburner.
  • Créez votre fiche entreprise sur Google Maps.
  • Partagez vos photos sur Panoramio (ou Flickr).
  • Utilisez avec intelligence Google Trends.

40. Outils pour webmasters

En plus des Google Webmaster Tools, utilisez ceux de Bing.
Regardez aussi ce qu’Alexa dit de votre site.

41. Outils sociaux

Créez votre page fan sur Facebook.
Créez votre compte Twitter.
Si vous n’en avez pas besoin tout de suite, réservez au moins le nom qui vous correspond.

42. Outils d’organisation

Il existe énormément de services et robots utiles.
Vous pouvez par exemple utiliser IFTTT pour publier automatiquement vos articles ou toute autre chose.
Au passage, si certains reviennent d’un long voyage de dans l’espace sans communication avec la Terre, allez découvrir au moins Evernote, Dropbox et Google Drive pour structurer vos documents.

43. Allez voir ailleurs

Ne restez pas scotché sur votre site. Allez respirer en lisant d’autres blogs, concurrents ou amis. Sélectionnez peu à peu les sources que vous considérez comme les plus pertinentes pour vous.
Allez participer à des forums et commenter sur des blogs chez ceux qui comptent pour vous. Développez une relation avec eux, donnez leur de la valeur ajoutée, ils reviendront un jour naturellement vous rendre la pareille.

VII – Optimisez votre site

Quand on débute en blogging ou avec son site web, on a tendance à ne pas imaginer la somme de petites actions à faire. Une fois qu’on le sait, on a tendance à ne pas les hiérarchiser et se perdre.

44. Identifier vos points de conversion

Reprenez les objectifs fixés (pour le site et par page) et identifiez tous vos points de conversion vers ces objectifs.
Listez vos résultats actuels pour chacun puis mettez en place des actions pour les améliorer. Par exemple :

  • Tests A/B pour comparer 2 versions d’un même élément
  • Tests d’utilisabilité pour améliorer vos parcours de navigation
  • Sondages pour mieux connaître les frustrations et difficultés de vos visiteurs
  • Etc.

45. Développez votre trafic

Il existe mille et une manières d’obtenir plus de visiteurs. Le plus important est de ne pas chercher à conquérir n’importe qui à n’importe quel prix. Essayez plutôt de cibler vos clients et surtout de mesurer ce que vous apporte chaque source de trafic : mesurer la performance de vos visiteurs qualifiés est essentiel.

46. Formez-vous

Internet est en constante évolution. Formez-vous en continu à tous les métiers du web, au moins en surface pour savoir de quoi vous parlez quand vous discuter avec les experts auxquels vous déléguer ce que vous ne savez pas faire ou ce qui vous prend trop de temps.

En vrac, dans le désordre et sans hiérarchisation, voici quelques sujets pour commencer votre auto-formation. Je vous laisse aller voir Wikipedia ou Google ! Il y a aussi de très bonnes formations payantes, mais j’en parlerai une autre fois.

  • Mesure de performance, création de tableaux de bord, KPIs
  • Webmarketing
  • E-CRM (acquisition et qualification de trafic, fidélisation…)
  • E-pub et affiliation
  • Référencement naturel, SEO, SEA, SEM, SERP
  • Graphisme
  • Code et langages de programmation
  • Internet mobile
  • Copywriting
  • Marketing
  • Vente
  • Création de vidéos, de podcasts, de blogs

47. Agissez

Dès que vous apprenez quelque chose, essayez de le mettre en application très rapidement. Ce ne sera pas parfait mais vous permettra de vous améliorer.

L’action, comme la formation, est un processus continu.

En conclusion

Vous vous souvenez de l’introduction et de mes bonnes raisons pour écrire cet article. J’avais laissé le meilleur pour la fin. Avec cet article, je réponds à l’invitation d’Yvon Cavelier, du blog copywriting-pratique.com. Il a créé un évènement qui s’intitule :

Je débute en blogging ! Quelles sont vos meilleures astuces à conseiller à une personne qui voudrait démarrer dans le blogging ?

Voilà, cet article est ma réponse. L’avantage, c’est que grâce à cet évènement  vous trouverez de très nombreux autres conseils, des trucs et surtout des astuces qui viendront compléter mon article. Merci Yvon !

Juste une précision

Voilà, c’est MA liste de conseils pour les débutants en blogging ou en création de site internet. Elle n’engage que moi.

Pour un grand nombre de points, il y a des variantes possibles. Certains diront peut-être qu’ils ne font pas tout ou pas du tout comme ça, que c’est faux. Ce n’est pas grave, c’est ma liste, et elle m’est très utile dès que je crée un nouveau site.

J’espère qu’il en sera de même pour vous.

Je vous souhaite bonne chance dans vos projets !

Ce que vous devez faire maintenant

>> Partagez cet article :

Cliquez sur les outils de partage à gauche.  Je serai heureux de pouvoir aussi aider vos proches et amis qui liront l’article.

>> Lisez ce qui suit, ça peut tout changer pour vous :

Une fois que vous avez passé un obstacle, les difficultés rencontrées paraissent toutes petites. Sur le moment, vous étiez pourtant en train de vous faire violence pour avancer.

Le cerveau a une méchante tendance à oublier les efforts effectués

Vous mettez toute votre ardeur à la tâche et au final le résultat est là. Vous pouvez être satisfait mais le cerveau lui, vous montre déjà toutes les autres difficultés qui sont devant vous.

C’est comme quand vous randonnez en montagne. Vous vous dîtes :

Après ce tournant, quand j’aurai atteint le gros rocher, je vais enfin voir le sommet !

Mais non, après le gros rocher, il y a le gros rocher suivant. Après le tournant, il y a aussi le prochain tournant.

Et c’est décourageant.

Les 2 solutions pour hacker votre cerveau :

Gardez bien en-tête l’objectif que vous voulez atteindre

Chaque action est un pas de plus qui vous en rapproche. Et qui met vos concurrents un peu plus loin derrière vous.

Marchez, mettez un pied devant l’autre, continuez à avancer, vous atteindrez le sommet à un moment ou un autre.

Sur des projets web comme les miens, on a l’impression que plus l’on avance, plus le sommet s’éloigne. Il y a toujours plus de choses à faire pour progresser.

Dans ce moments là, j’utilise la deuxième technique :

Notez tout ce que vous accomplissez et dont vous êtes fier

Toutes ces étapes, toutes les premières fois, tous vos progrès.

Le cerveau oublie tout ça sauf si vous le lui rappelez. Et ça renforce votre capital confiance.

Voici la liste (non exhaustive car mon cerveau en a déjà oublié une grosse partie et dans le désordre aussi) des petits et grands accomplissements de ces derniers mois :

Sur le plan personnel :

 

  • J’ai déménagé de Paris à Lyon (en famille, avec 2 enfants de 2 ans et quelques semaines).
  • J’ai écrit mon plan de vie : la liste de mes objectifs et les principes de vie selon lesquels je veux avancer pour avoir une vie dont je suis fier et dans laquelle je suis heureux
  • J’ai triplé le nombre de mes filleuls, renforçant par là le lien avec des amis de longue date
  • Je me suis mis au régime et remis au sport 5 fois par semaine (les premiers résultats sont là, j’ai déjà beaucoup moins mal au dos)
  • Je consacre mes week-ends à ma famille, et je déconnecte (du boulot et des écrans) autant que possible.

Sur le plan professionnel :

 

  • J’ai immatriculé mon entreprise en me donnant à fond pour bien comprendre les étapes de la création d’entreprise.
  • J’ai étroitement collaboré avec mes partenaires pour mettre en ligne le premier produit numérique (en vidéos) de l’un d’eux. Ca a permis à ce partenaire de se relancer avec un gros coup de boost et d’avancer concrètement dans ses projets professionnels.
  • J’ai enregistré ma première formation webmarketing : « Explosez les résultats de votre site internet ! » qui enseigne aux indépendants ambitieux comment utiliser Google Analytics et les outils de webmarketing et A/B testing pour faire la différence avec leur site internet.
  • Pour cette formation, j’ai notamment appris :
    • Comment utiliser des logiciels de capture et de montage vidéo
    • Comment utiliser un thème wordpress dédié aux infopreneurs et j’ai  enfin remis mon site à jour :-)
    • Comment mettre en place un espace membres (je ne suis pas encore satisfait du résultat, mais c’est en place et ça marche, donc il ne reste plus qu’à améliorer)
    • Comment aller dans les détails de mon expertise, tout en essayant de transmettre l’essentiel pour ne pas noyer ceux qui suivent la formation
  • J’ai fait mes premières ventes par internet, en éradiquant d’un seul coup toutes ces petites voix qui me disaient que ça ne marchera jamais ! (Et toc !)
  • J’ai vendu alors que je dormais.
    J’ai vendu alors que je déjeunais
    .
    Le rêve de revenu passif inscrit en moi depuis ma découverte de la semaine de 4 heures de Tim ferris s’est réalisé. Tim, soit dit en passant, ce ne sont pas des revenus passifs et tu le sais. Ca demande un immense boulot en amont, donc dire que ça se fait tout seul ou presque, c’est vendre du rêve. J’appellerai plutôt ça des revenus asynchrones.
  • J’ai repris contact avec les lecteurs et abonnés de mon blog, ils sont ceux qui me font confiance et m’envoient chaque jour de petits signes qui me motivent à progresser.
  • J’ai surmonté ma peur de vendre, en effet, vendre c’est aider comme me l’a si justement rappelé l’un de mes amis et partenaires.
  • Je suis sorti de ma coquille en exprimant ma gratitude envers ceux qui m’ont aidé à progresser ces dernières années. J’avais un peu mis de côté ma vie sociale professionnelle pour me concentrer sur la réalisation. Maintenant que j’ai franchit une grosse étape, il est temps d’ouvrir, de discuter, de progresser. Et c’est tellement plus simple que la montagne que je m’en faisais :-)
  • J’ai eu des retours positifs qui m’ont touchés sur mon travail et ma formation analytics.
  • J’ai eu une conversation que je n’imaginais pas possible il y a encore quelques semaines. Quelqu’un que je considère comme un pilier du marketing internet francophone a suivi de A à Z ma formation (et il l’a trouvé utile pour lui !). Il me propose qu’on s’appelle sur Skype pour en discuter. Il décroche et je lui dis « Ca me fait plaisir de tendre, ça fait longtemps ». Sa réponse : « Ben moi je t’écoute me parler depuis hier pendant des heures… »
    C’est vrai qu’en suivant les formations des autres, on a l’impression de mieux les connaître, que ce pourraient être des amis. C’est fou ce que le web offre comme proximité, même si l’on n’est pas ensemble. J’ai franchi une barrière importante car je peux aussi offrir cette expérience à d’autres.

La bonne nouvelle

Je repense très souvent à la métaphore du Ketchup. Vous savez, le fait qu’il faut tapper fort et longtemps sur le cul de la bouteille pour que le Ketchup coule. Au début, il n’y a rien, ensuite 3 gouttes, et d’un coup, c’est la moitié de la bouteille qui tombe sur vos frites.

La bonne nouvelle c’est que les premières gouttes donnent envie de croire à l’énorme « Schpleurtch » qui va arriver. Et ça motive pour se donner encore plus à fond et avancer.

Un dernier bonheur oublié

La liste est plus longue que ce que j’avais en tête en commençant à écrire ces lignes vautré dans un canapé confortable, en sirotant une tasse de thé de Chine.

En tant qu’entrepreneur, on peut travailler depuis n’importe où. Ces derniers mois, j’ai découvert un QG bien sympa dédié aux cafés et aux thés du monde entier et situé pas loin de chez moi, en bas des pentes de la Croix-Rousse.

Je dois donc rajouter un autre bonheur sur ma liste : me sentir libre, loin des open-spaces.

confiance

Mon bureau de temps en temps. On s’y retrouve ?

Et vous, quelles sont vos victoires ?

Dites-nous tout en commentaire.

J’ai hâte de lire ce qui compte pour vous…

Êtes-vous d’accord avec les phrases suivantes ?

  • Je n’ai pas confiance dans les sondages
  • Je n’aime pas perdre mon temps
  • Je mange 3 fois par jour

A priori, les 3 idées ci-dessus n’ont rien à voir les unes avec les autres ni avec le sujet de ce blog.  Pourtant, les concepts qu’elles cachent sont tous en rapport avec l’analytics et peuvent vous aider à améliorer votre site web.

Utilisez des faits, chiffrez votre propos

93,4 % des citoyens affirment avoir très peu ou pas du tout confiance dans les sondages d’opinion*.
Vous découvrez quand même un nouveau sondage chaque matin avec des chiffres plus précis les uns que les autres.

 

sondages calvin

Même s’ils ne sont pas toujours parfaits, si on leur fait dire un peu ce que l’on souhaite ou qu’ils sont utilisés hors contexte, les chiffres donnent des indications mesurables.

Dans l’analyse des résultats de votre site internet, vous avez la chance d’avoir des faits chiffrés dans lesquels vous pouvez avoir confiance.

Chiffrez vos rapports et prenez des décisions basées sur des faits et non sur votre intuition.

*aucune source indépendante, c’est juste pour l’exemple :-)

Donnez à vos lecteurs ce qu’ils attendent

Vous n’aimez pas perdre votre temps mais vous avez passé votre après-midi à surfer sur internet et rêver devant la dernière version de l’iPhone ou du Kindle. Apple ou Amazon connaissent les envies et les préoccupations de leurs (futurs) clients. Ils investissent énormément pour cela.

Faites la même chose : proposez un questionnaire, demandez à vos lecteurs ce qu’ils souhaitent apprendre, apprenez à vous mettre dans leur tête, à leur place, devant leur écran.

Si vous réussissez à mieux les connaître, vous saurez mieux les satisfaire. Ils resteront sur votre site plus longtemps, il reviendront plus souvent, ils achèteront plus.

Essayez, vous pourrez vérifier et mesurer les résultats sans problème dans vos statistiques

Utilisez la force des habitudes

La plupart d’entre nous prenons 3 repas par jour, souvent par habitude plutôt que par besoin. Aviez-vous vraiment faim pour reprendre 3 fois du dessert hier midi ?

Les repas sont des repères dans notre journée. Leur protocole change d’un pays à l’autre, d’une famille à l’autre, mais cette habitude est ancrée en chacun de nous.

Sur votre site web, respectez les standards du web. Quand vous êtes à la recherche d’informations, vous trouvez plus rapidement ce que vous voulez sur les sites qui sont conçus comme les autres. Lorsque vous n’avez pas à comprendre les principes de navigation en plus du contenu.

Si vous avez des pages au design particulier par exemple, allez regarder dans vos rapports Google Analytics si le taux de visiteurs qui quittent votre site depuis cette page n’est pas plus élevé que la moyenne de votre site.