Un pavé de mon été : les 571 pages (en VO) de la vie de Steve Jobs, par Walter Isaacson. Pour moi qui ne suis pas spécifiquement iAddict, je me demandais si j’allais en venir à bout. En fait, c’est passionnant !

steve jobs

Dans le livre, il y a bien évidemment le récit du mythe Steve Jobs, l’homme qui a réussi des paris que personne n’imaginait possibles.

Il y a surtout 2 valeurs entrepreneuriales à graver au-dessus de son propre bureau et 50 ans d’histoire informatique qui ont révolutionné le monde.

Le récit d’une révolution

La biographie de Steve Jobs est à la fois un roman historique et une oeuvre journalistique tellement ce passé est récent.

C’est passionnant de comprendre les tenants et les aboutissants d’une révolution partie de quelques illuminés (le LSD a bien aidé) des années 70 qui avaient une vision et l’ont développée.

Je ne vais pas relater ici toute l’histoire, mais il est important d’avoir en tête que Steve Jobs a révolutionné et créé plusieurs industries, notamment :

  • l’ordinateur personnel (avec l’Apple II, le Macintosh puis l’iMac)
  • le cinéma d’animation (Pixar et Toy Story)
  • la musique (grâce à l’iPod et iTunes)
  • la téléphonie et le rapport à la mobilité (l’iPhone à la main)
  • la création d’applications digitales (dans l’App Store)…

Des valeurs fondamentales

Il y a 2 points sur lesquels Steve Jobs n’a jamais transigé : la motivation à créer quelque chose de beau et le fait d’être toujours focus.

Voir grand

Creating great things instead of making money.

Créer de grands choses plutôt que de chercher à gagner de l’argent. Cette philosophie se retrouve dans toutes les créations de Jobs. Il l’a tenait notamment de Mike Markulla qui insistait sur la vision suivante : « Vous ne devez jamais créer une boîte en ayant pour objectif de devenir riche. Votre but doit être de faire quelque chose auquel vous croyez et bâtir une entreprise durable. »

De ce fait, la récompense vient du parcours effectué (« the journey is the reward »), et non pas uniquement à la fin du projet. Il faut aimer passionnément ce que l’on fait afin d’avoir toujours l’énergie pour aller plus loin et dépasser ses propres limites dans sa création.

Cela fait écho avec une citation tiré du très bon Million Dollar Baby en 2004 : « It’s the magic of risking everything for a dream that nobody sees but you » et évidemment au formidable discours de Steve Jobs « Stay hungry, stay foolish« .

Rester focus

L’une des principales forces de Steve Jobs était de savoir comment être focus. Pour lui, en tant que manager, « décider ce qu’il ne faut pas faire est aussi important que décider ce qu’il faut faire« . Cela permet de supprimer toutes les opportunités non importantes.

Au final, on en fait moins mais on le fait mieux. Et cela demande un travail énorme de créer quelque chose de simple, en intégrant tous les challenges liés, et de proposer au final une solution élégante et fonctionnelle.

En résumé

Il y a quelques longueurs dans cette biographie. On aimerait creuser certains sujets, passer un peu moins de temps sur d’autres.

La biographie de Steve Jobs reste un récit fascinant, celle « d’un des plus grands innovateurs américains, assez courageux pour penser différemment, assez audacieux pour croire qu’il pouvait changer le monde, et assez talentueux pour le faire » (Barack Obama – octobre 2011).

0 réponses

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.