Fondateur de Stilic Force en 1997, Nicolas Trüb partage dans cet (im)précis de création d’entreprise à l’usage du salarié sa vision pragmatique et décapante de l’entrepreneuriat.

ma retraite a 29 ans

Tout créateur d’entreprise se retrouvera Ma retraite à 29 ans, et le bouquin se dévore en plus comme un bon roman.

Apôtre du bon sens, l’auteur explique et applique ses conseils chapitre après chapitre, chacun dédié à l’un des thèmes cruciaux du business : la pulsion, le marché, l’argent, les idées, les autres, la morale, le temps, le courage…

Ma retraite à 29 ans : extraits choisis

J’ai voulu cet article comme un recueil de citations fortes, à relire régulièrement afin de garder les pieds sur terre tout en rêvant du firmament entrepreneurial.

La pulsion entrepreneuriale

Dans la pensée occidentale courante, prendre sa retraite consiste à quitter son emploi et son patron pour consacrer le reste de sa vie à des activités que l’on a toujours rêvé de faire, et à accepter pour cela de vivre avec des moyens financiers inférieurs. J’ai donc pris ma retraite le 1er septembre 1997. J’avais 29 ans…

Il n’y a pas de « clé » pour créer sa boîte, il n’y a que l’accumulation d’un nombre infini d’actions infiniment petites menées en fonction de signaux imperceptibles. Cette somme porte un nom : le feu sacré de l’entrepreneur.

Le marché

La création d’entreprise a pour terrain de jeu l’économie de marché.

L’entrepreneuriat est un jeu absolu, en réalité augmenté. LE jeu absolu !

L’avantage de l’économie de marché est le libre choix.

Le marché peut se tromper mais pas éternellement.

Pour tirer profit de cela, une seule solution : agir.

Se confronter au marché permet de vivre pleinement l’aventure entrepreneuriale.

L’argent

L’argent est à la fois le projet, le moyen et l’instrument de mesure de l’entreprise. C’est en vertu de ces trois statuts unifiés que l’entrepreneur peut pacifier son rapport au fric. Malheur à lui s’il dissocie cette trilogie. S’il oublie que c’est un projet, il reste un pauvre. S’il oublie que c’est un moyen, il devient un escroc. S’il oublie que c’est un instrument de mesure, c’est un imbécile. Il peut également endosser plusieurs de ces qualités en même temps.

Les idées

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise idée, il n’y a que des idées qui ont été testées et d’autres non. Le boulot de l’entreprise est de tester ses idées pour un coût minimum, dans le temps minimum et dans les conditions les plus vraisemblables possible.

L’entrepreneuriat est une science expérimentale par sa nature même : il faut observer le plus possible le comportement de son idée dans le monde réel.

La solution créative authentique n’est pas celle qui accumule les possibilités de liberté (illusoires de fait), mais celle qui synthétise le maximum de contraintes. Si vous ne trouvez pas la bonne solution, c’est que vous n’avez pas débusqué assez de problèmes.

Protéger ses idées : on peut toujours copier votre idée, ou croire la copier, mais l’énergie que vous lui accordez, l’intelligence avec laquelle vous dialoguez avec vos clients et vos fournisseurs, la subtilité de l’organisation que vous mettez au service de cette vision, elles, sont inimitables. Et il est très légitime de créer une entreprise simplement parce qu’un jour on a cherché un produit ou un service et que l’on ne l’a pas trouvé.

En résumé

La force de Ma retraite à 29 ans réside certainement dans ce coup de maître : motiver plus que jamais à créer son entreprise en décrivant pourtant toutes les tuiles qui risquent de nous tomber dessus.

0 réponses

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.